AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre vous et mon maitre... [terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Milie S. Williams

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 08/02/2011

MessageSujet: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Lun 11 Avr - 13:06


    Je replaçais une mèche de cheveux derrière mon oreille. Mes mains nettoyant les locaux de mon maitre, je ne cessais de penser à mon mari et mon fils. J’avais si hâte d’être à ce soir et de les rejoindre dans la nuit. Ça faisait deux jours que je ne les ai pas vu. Ils me manquaient… Terriblement… Mais je savais que c’était comme ça et je n’avais pas le choix. Pourquoi ne pas quitter mon maitre et vivre avec ma famille ? Ce n’était pas aussi simple que ça. J’avais peur… très peur que si mon maitre découvre non seulement que je suis mariée mais en plus que j’ai un enfant, je pourrais mettre leur vie en danger. Après tout ma famille était un peu l’ennemi de mon maitre. Avais-je peur de lui ? Pas vraiment s’il s’agissait de ma vie. J’étais née dans la servitude et j’en avais l’habitude. Je ne m’en plaignais jamais du moment que je savais mes proches en sureté. Alors je conciliais amour et devoir comme je pouvais. Je ne portais pas mon alliance d’ailleurs… Avec Jesse on savait que c’était trop dangereux. Plus d’une fois il m’a demandé de fuir mon maitre et de m’enfuir avec lui et Kylian mais je ne pouvais pas ; je ne voulais pas que ça se reporte sur les autres esclaves. La colère d’un vampire pouvait être redoutable. J’avais des amis ici et je m’en voudrais de les abandonner lâchement. Alors je subissais…

    Dire que ma vie n’a pas toujours été ainsi. Né de deux esclaves, mon père s’était fait mordre par un lycan, faisant de mon frère un lycan par accident par la suite. Ma mère étant morte en nous donnant naissance mon frère et moi, la vie n’était pas toute rose. Quand je repensais à mon frère pourtant je me sentais sereine. Si la lycanthropie pouvait être une malédiction pour certains, mon père et mon frère avait appris ensemble à le surmonter. C’est d’ailleurs eux qui ont connu d’abord Jesse avant de me le présenter. Enfin ça c’était bien après de la première fois que je le croisais. Coup de foudre. Mon regard croisa le sien un jour où j’allais effectuer une course pour mon maitre et dès cet instant je sus que je serais à lui pour l’éternité. Aujourd’hui voilà 3 ans qu’on était marié et qu’on avait un fils. La grossesse n’avait pas été simple. Le cacher à mon maitre n’avait pas été une mince affaire. Mettant des affaires amples, des bandages à l’ancienne pour rétrécir mon ventre, Kylian, pendant son développement, en avait subi des choses. Aujourd’hui j’étais rassurée de voir qu’il était un hybride lycan en pleine santé… Jamais mon maitre ne me grilla. J’avais eu de la chance. Je connaissais l’attirance de mon maitre pour moi. Jamais je ne l’ai laissé dépasser les limites lui faisant comprendre que je n’étais qu’une esclave et que c’était impossible. J’espérais alors ne jamais retomber enceinte pour le moment. Ça serait tenter le diable une seconde fois…

    Un homme entra dans la pièce alors que je venais de faire les draps du lit. Si mon maitre ne dormait pas, il utilisait pourtant son lit à des fins biens moins catholiques… Il s’approcha de moi pour regarder mon travail et se dirigea vers une armoire. Prenant mon chiffon, je me dirigeais vers une commode pour dépoussiérer le tout. Si à notre époque nous avons les moyens suffisant, mon maitre se délecter que l’on fasse tout à la main. C’était la grande mode. Plus on avait d’esclaves humains et plus on pouvait paraitre puissant…

    Je sentis son souffle dans ma nuque. Je me redressais n’osant pas me retourner. Je n’aimais pas quand il avait cette façon de s’approcher de moi. Chris… C’était le nom de mon maitre. Il avait la peau si blanche… Des cheveux si bruns… Un regard pénétrant. Aussi grand que Jesse, dans le passé j’avouais avoir craqué pour lui. On a même eu un semblant d’histoire avant que je lui appartienne. Cette histoire avait été la raison de son achat pour ma personne. Et j’avais rencontré Jesse… Depuis ce jour je ne cessais de repousser les avances de Chris sous prétexte que je n’étais qu’une esclave. Jusque là je ne m’en sortais pas trop mal… Il posa ses mains sur mes hanches pour me faire me retourner et me saisir vivement contre lui.

    CHRIS « Milie je n’en peux plus… te voir me devient insupportable. Je sais qu’on ne devrait pas… je sais que tu n’es qu’une esclave mais j’ai besoin de toi, du goût de tes lèvres, de ta peau contre la mienne… j’aimerais tant que tu comprennes, je ne peux vivre sans toi… »

    Il approcha ses lèvres des miennes mais je posais un chiffon entre nous. S’il bouffa la poussière ? C’était peu dire ! Il s’énerva et me repoussa violemment. Il commença alors à s’emporter, n’étant pas d’accord avec ma réaction. Je tentais de le dissuader par les mots mais tout ce que je récoltais c’était finalement un placage contre le mur. Il tenait mes poignets tellement violemment que je ne tarderais pas à en avoir des marques. Il sentit l’odeur de mes cheveux. J’avais l’habitude de ses sauts d’humeur…

    CHRIS « Je pourrais te tuer pour oser t’opposer à moi… »

    MILIE « Alors tuez-moi si ça peu vous soulager définitivement. »

    CHRIS « Ce serait te donner raison Milie… Un jour tu cèderas. »

    Il disparut alors me laissant seule dans la pièce. Mon cœur n’avait fait qu’un tour. Tremblante d’émotions je tentais de me ressaisir. Je choisis alors de prendre la liste des choses à acheter pour sortir et ne plus penser à ça. J’arrivais donc très vite au centre commercial, prenant un panier roulant tout seul, me suivant pour trouver les choses à acheter. Je regardais mes poignets… Ils étaient violacés… Il faudrait que je trouve une solution pour les cacher à Jesse. Je le connaissais… il allait s’emporter une fois de plus et me reprocher de rester au service de Chris. Il ne pouvait comprendre… J’arrivais alors dans un rayon vide pour m’arrêter et regarder les articles. Chris avait ses habitudes et ne voulait que certains types de vêtements. Je regardais alors ce que je pouvais trouver quand quelqu’un saisit mes hanches de nouveau, me retourna et m’embrassa vivement, me plaquant contre la façade. D’abord surprise je reconnus très vite la façon d’embrasser de Jesse. Je le décoller vivement.

    MILIE « Tu es fou ! Et si on nous voyait ! »

    Bon ok on était dans le centre commercial de la basse ville et il y a peu de chance que je trouve Chris ici mais sait-on jamais ! Et lui ça le fait sourire. C’est ça rigole mais on verra bien quand mon maitre découvrira tout et qu’il te pendra ! Je sentis alors quelque chose gigoter à côté. Je me tournais et vis mon fils taper sur ses mains en m’appelant. Kylian *-* !!! Il me tendit les bras en faisant bouger ses petites mains pour que je le prenne dans mes bras. Inutile de me supplier, je m’exécutais aussitôt lui embrassant la joue avec amour et le serrant tout contre moi. Deux jours que je ne les avais pas vu… ça manque…

    MILIE « Tu n’aurais pas du venir avec Kylian c’est dangereux… »

    KYLIAN « Maman, maman, maman !!! »

    MILIE « oui ? »

    KYLIAN « C’est pour toi ! »

    Il me tendit un bracelet de perles. C’est trop mignon *-* !!! Je lui tendis ma main pour qu’il me le mette =D ! Un bisou sur sa petite joue et je ne voulais plus le quitter. Pourtant il le fallait… Je le rendis à son père que je ne pus m’empêcher d’embrasser.

    KYLIAN « Papa, maman font l’amour !!! » dit-il en frappant de ses mains et rigolant.

    O.o ? Je regardais Jesse soupçonneuse qu’il lui ait encore appris des bêtises. Non mais non xD ! Mon fils si innocent ne devrait pas dire ce genre de choses ! C’est mon bébé <3 !

    MILIE « Non Kylian, papa et maman s’embrasse juste parce qu’ils sont heureux de se revoir mon ange… Et maman viendra ce soir vous voir. En attendant papa ferait mieux de t’emmener au parc. »

    KYLIAN « oui oui le parc !!!! »

    Il s’agitait dans les bras de Jesse qui n’avait pas l’air content que je trouve un subterfuge pour que Jesse et bébé partent loin de moi. C’était pour les protéger…

    KYLIAN « Maman vient ? »

    MILIE « Non maman peut pas venir elle a encore beaucoup de travail mais promis un jour on ira ensemble… »

    Une promesse encore que je ne pourrais peut-être jamais tenir. Je m’en voulais d’être aussi absente pour ma famille mais je ne pouvais faire autrement. Ça faisait mal de le voir grandir sans moi. J’espérais alors qu’un jour je puisse trouver une solution sans risquer leur vie à tous les deux.

    MILIE « A ce soir ! »

    Je voulus filer mais…





Les deux hommes de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse N. T. Williams
Admin Designer | de l'Or au bout des doigts
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Lun 11 Avr - 18:04

    J’étais assis sur les marches devant la maison. Enfin, une maison … tout est relatif. Les maisons ici sont assez spéciales, elles sont dans les souterrains, à l’abri de la lumière et cachées du monde extérieur. Ici c’était notre petit monde à nous, les lycans. Le monde extérieur n’était pas pour nous et on trouvait refuge ici. Je vis ici depuis mes quatorze ans et je ne m’en plains pas. Quand on sait toute l’hypocrisie qu’il y a là-haut, on préfère un monde caché mais où tout le monde s’entraide. Ici on ne connaissait pas là lumière du jour, seulement la lumière artificielle et parfois les rayons du soleil me manquaient, mais depuis trois ans je sortais on ne peut plus qu’avant. Je sortais pour Kylian, mon fils, pour qu’il profite de l’extérieur, même si je préférais le savoir en sécurité ici, et puis c’était l’occasion pour lui de voir un peu le monde de sa mère. Oui, sa mère n’était pas du même milieu que moi, mais elle ne faisait pas partie de la catégorie de personnes que je haïssais là-haut. C’était une esclave, une simple esclave à la botte d’un de ces vampires qui se croit supérieur aux autres. Je n’aimais pas la savoir au service de quelqu’un, mais elle refusait de le quitter alors je devais faire avec. D’ailleurs ça faisait deux jours qu’elle n’était pas venu nous rendre visite à Kylian et à moi, bien trop occupée par son travail pour s’accorder des moments de bon temps. Elle me manquait horriblement et je savais qu’elle manquait à Kylian aussi. Je dormais mal quand elle n’était pas dans mes bras, la preuve j’étais assis sur des marches au plein milieu de la nuit. Même si la lumière n’était pas présente, on ne perdait pas pour autant la notion de jour et de nuit ici et je savais qu’il devait être environ quatre heures du matin. J’étais calme, le regard perdu, je pensais simplement à elle et à ce qu’elle pouvait faire.

    EWAN « Tu penses à Milie, n’est-ce pas ? »

    Je secouai la tête, cherchant d’où venait la voix. Le blondinet était là, en bas de mes marches, je ne l’avais pas vu arriver. Ewan avait trois ans de plus que moi, c’était lui qui m’avait accueillis ici quand j’étais arrivé il y a de cela sept ans maintenant. Avant, j’errais, rejeté, lorsqu’il m’avait trouvé un jour il m’avait ramené ici et il avait été mon mentor, mon frère et celui qui avait tout à envier, du moins à l’époque. Il avait une petite amie, il était fort, il acceptait sa condition et avait tout pour être heureux. Je l’avais beaucoup envié et j’ai toujours voulu lui ressembler. Ewan n’avait pas eu une vie toute rose mais il avait toujours relevé la tête, c’était un véritable modèle de courage ce type. Son dernier coup dur avait été la mort de sa femme il y a deux ans maintenant. Il en avait été beaucoup affecté et moi aussi, d’autant plus qu’elle nous avait bien aidé la première année avec Kylian. Je le soutenais autant que je le pouvais et lui tentais toujours de me remonter le moral quand il tombait dans les chaussettes parce que je ne pouvais voir celle que j’aimais. Lui aussi avait un fils et au fond, c’était celui qui était le plus à même de me comprendre ici.
    Ewan et moi on avait discuté pendant les heures qui suivirent. Son petit garçon de cinq ans était venu nous arrêter en pleine discussion parce qu’on avait tellement parlé que l’heure du petit déjeuné était arrivé sans que l’on s’en aperçoive. On s’était quitté et j’avais été, à mon tour, retrouver mon fils pour m’occuper de lui.

    Je regardais mon fils jouer tendrement avant de l’interrompre.

    JESSE « Papa va devoir aller faire des courses Kylian, tu veux venir ou tu veux aller chez Ewan ? »

    Oui, il arrivait parfois qu’Ewan me rende de petits services en gardant Kylian et il m’arrivait à mon tour de garder son fils, mais lui et Kylian s’entendaient bien malgré leurs deux années d’écart alors ça ne posait pas de problème. Cependant cette fois-ci mon fils avait été clair « avec Papa ! » avait-il dit en me tendant les bras j’avais souris et l’avais pris pour faire un tour dans le monde du dessus.


    On faisait les courses calmement, Kylian était sage comme un ange, jusqu’à ce qu’une silhouette attire mon attention et déclenche aussitôt un sourire sur mon visage. Je n’hésitai pas une seconde et m’approcha de ma femme bien aimée, la saisit délicatement par les hanches, la retournant pour me faire face et l’embrassant avant même de lui dire bonjour.

    MILIE « Tu es fou ! Et si on nous voyait ! »

    Je souriais. Qu’importe si on nous voyait. Ca faisait bien trop longtemps que je n’avais pas pu l’embrasser pour m’en priver. Et puis, qui est ce que ça pouvait bien intéresser qu’on s’embrasse ? A part ce salaud de Chris je ne vois pas et lui on ne risquait pas de le croiser ici, il était bien trop classe pour cela. Kylian, qui gigotait, semblait tout aussi content que moi de voir sa maman et je souris davantage à sa réaction.

    MILIE « Tu n’aurais pas dû venir avec Kylian c’est dangereux… »

    … Si on avait même plus le droit de se promener tout ce qu’il y a de plus normalement dans un centre commercial avec son enfant … Je laissais Milie parler sans lui répondre. Elle savait très bien ce que j’en pensais. On était lycan mais on n’avait pas besoin de se terrer pour autant, on était déjà contraint à habiter dans les souterrains et c’était bien assez.

    KYLIAN « Maman, maman, maman !!! »

    MILIE « oui ? »

    KYLIAN « C’est pour toi ! »

    Milie avait Kylian dans ses bras et le petit blondinet lui mis son bracelet a son poignet avant qu’elle consente à me rendre le petit non sans mal. Je savais que c’était dur pour elle de ne pas le voir autant qu’elle le souhaitait, comme c’était dur pour lui de la voir si peu … tout comme pour moi d’ailleurs.
    Elle m’embrassa et je lui rendis sans aucune gêne malgré notre fils dans mes bras.

    KYLIAN « Papa, maman font l’amour !!! » dit-il en frappant de ses mains et rigolant.

    Je suis innoceeeeeeentttt !!! Je le jure ! xD Ce n’est pas moi qui lui ai appris ça, pas la peine de me regarder comme ça !

    MILIE « Non Kylian, papa et maman s’embrasse juste parce qu’ils sont heureux de se revoir mon ange… Et maman viendra ce soir vous voir. En attendant papa ferait mieux de t’emmener au parc. »

    KYLIAN « Oui oui le parc !!!! Maman vient ? »

    MILIE « Non maman peut pas venir elle a encore beaucoup de travail mais promis un jour on ira ensemble… »

    Si lui semblait heureux à l’annonce de cette virée moi je ne l’étais pas. Je voulais passer du temps avec celle que j’aimais et je savais que le parc était un prétexte pour qu’on se sépare pour le moment. Elle voulut partir mais je n’en avais pas décidé ainsi. Je l’aimais moi, et qu’elle ne compte pas partir comme ça sans un baiser ! Je l’attrapai par le poignet et voulu l’embrasser mais je m’arrêtai net quand je vis une grimace sur son visage. Je lui avais fait mal ? oO Mon regard baissa sur son poignet où se trouvait ma main. Je retirai celle-ci et remonta sa manche pour découvrir un poignet violacé. Mon visage se tordis instantanément par reflexe j’attrapai son autre manche pour la relever et découvrir un poignet aussi violacé que l’autre. Mon regard ne bougeait pas de son poignet, mais je sentais la colère monter en moi.

    JESSE « …. Je vais le tuer … »

    Je la voyais déjà arriver avec son « ce n’est pas si grave », « ne te mêle pas de ça », ou « je ne veux pas que tu risques ta vie pour cela », mais elle ne comprenait pas : il n’avait pas le droit de la brutaliser sans le payer. Je le refusais. J’ignorais beaucoup de ce qui se passait la journée chez Chris, mais je ne supportais pas qu’il lève la main sur ma femme.

    JESSE « Tu te trompes. Il n’a pas le droit de te faire ça … Il devrait payer pour cela. »

    Je sentis sa main sur ma joue pour m’apaiser, ça marchait légèrement. Je fermai les yeux et tourna la tête pour déposer un baiser sur cette main.

    JESSE « Je n’aime pas ça Milie … »

    KYLIAN « Papa aime pas quoi ? »

    JESSE « Rien mon bébé, rien … »

    KYLIAN « On va au parc ? »

    JESSE « Oui, mon cœur, on va y aller …. »

    Je tendis la main vers Milie, la suppliant du regard de céder, rien que pour cinq minutes. Après tout, elle avait bien le droit à une petite pause non ?



Life is underground ...
BUT I'M NOT EVERYBODY
My life is at the top 'cause ...

... My Life it's Them




ABSENT DU 8/07/11 au 8/08/11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milie S. Williams

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 08/02/2011

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Mar 12 Avr - 10:23


    La vie n’était pas toujours facile à notre époque et quand on était une humaine esclave… Seule et sans un espoir de liberté… Belle mais terni par la violence de ces maitres. C’est obéir ou partir… Vivre ou mourir… J’aurais pu finir ma vie ainsi seule et sans espoir à rêver d’un futur et d’une vie meilleure qui n’arriverait jamais. Et pourtant je connus Jesse… Et là les portes du bonheur s’ouvrirent. Et même si j’étais esclave j’avais ce sourire qui ne pouvait plus quitter mes lèvres depuis mes 16 ans où ma relation avec Jesse devint réelle. Si jeune… Et pourtant jamais je n’ai cessé de l’aimer depuis ce jour. J’ai pourtant lutté pour le protéger. Si à 16 ans il a réussi à voler mon premier baiser avant Chris, je n’ai pas toujours été avec Jesse. Le début de notre relation a été chaotique. Si pendant quelques mois alors j’ai pris des risques, j’ai fini par tenter de mettre fin à notre relation. Il a fallu que je dise des mots que jamais je ne penserais… Il a fallut que je sois dur pour nous. Lui dire que je ne l’aimais pas… Lui dire qu’il devait me laisser… Lui dire qu’il me dégoûtait avait été nécessaire. Pendant deux ans Jesse m’a cru et j’ai tenté de l’éviter pour ne pas sentir mon cœur me trahir. Deux ans oui… Deux ans à l’éviter alors et deux ans à ne plus le voir… Puis un jour je me retrouvais face à lui et comme je l’aurais prédis, je craquais. Mes lèvres, malgré moi avaient joint les siennes à mes 18 ans. C’est aussi ce jour-là que je tombais enceinte de Kylian… Il a fallut d’une fois… une nuit… Et nous voilà futur parent. En découvrant ma grossesse, je me souvenais avoir flippé et ne pas avoir donné de nouvelles à Jesse pendant trois semaines… trois longues semaines loin de lui jusqu’à ce qu’il me retrouve et comprenne… Je tentais bien de lui faire comprendre que c’était impossible entre nous, que je ne voulais pas qu’il risque sa vie pour moi. Je n’étais pas digne de lui. Mais Jesse était un battant et aujourd’hui je remerciais le ciel de ne pas avoir lâché prise aussi facilement que la première fois. Aujourd’hui on vivait un amour passionnel et fusionnel. On avait un fils de trois ans moitié humain moitié lycan. Même si je flippais chaque jour pour eux, jamais je n’abandonnerais ce que la vie m’offrait. C’est grâce à eux que je tenais… Et c’est pour eux que je ne cessais de me battre chaque jour pour trouver le courage d’avancer un pas devant l’autre et rester fière. Je ne me laisserais pas avoir par Chris. Son harem ne serait pas pour moi, et même si ça ne lui plaisait pas c’était comme ça !

    En tout cas pour l’instant je devais retourner au travail et je préférais laisser bébé et Jesse ensemble loin de moi. C’est proche de moi dans des lieux comme ça que j’avais peur. Si jamais Chris ne s’abaisserait à aller ici comme ça, on ne sait jamais. Plus d’une fois il m’a surpris et je ne voudrais pas qu’il recommence maintenant.

    MILIE « Non maman peut pas venir elle a encore beaucoup de travail mais promis un jour on ira ensemble… »

    Je voulus alors partir pour éviter de changer d’avis au dernier moment par envi d’être avec eux. Seulement Jesse n’était pas de cet avis et il m’attrapa par le poignet. Je grimaçais de douleur. Mes bleus de ce matin me faisaient encore atrocement mal quand on y touchait. Jesse retira vite sa main en voyant ma tête. Mauvais mauvais… J’aurais tellement voulu qu’il ne le sache jamais. Je ne racontais pas tout à Jesse. Je ne préférais pas. Cette façon que Chris avait de me bloquer contre un mur parfois ou encore de se mettre en colère… Si mes baisers étaient tous pour Jesse, Chris ne s’était pas gêné une ou deux fois de m’en voler. Si ça ce n’était pas visible, quand il devenait violent, malheureusement Jesse finissait par le découvrir. La suite ? Je la connaissais que trop bien… Jesse ne supportait pas que l’on me fasse du mal. Sa réaction était évidente à mes yeux… Il remonta ma manche sans même que j’ai le temps de partir et tenter de lui cacher. Il fit de même avec mon autre poignet. Je sentais de la colère monter en lui. Il ne quittait plus mes poignets de ses yeux…

    JESSE « …. Je vais le tuer … »

    MILIE « Non… Je t’en supplie, ce n’est rien. Je n’ai même pas vraiment mal et ça passera… »

    JESSE « Tu te trompes. Il n’a pas le droit de te faire ça … Il devrait payer pour cela. »

    Je ne voulais pas qu’il risque sa vie pour moi. Je n’en valais pas la peine. De plus Chris était dangereux avec ces relations. Si Jesse l’attaquait, Chris ferait une enquête. Ce serait mettre en danger Kylian. Chris ne devait pas découvrir son existence. Au pire il tenterait de tuer mon fils par colère, et au mieux, quoi que un autre pire d’un autre degré, il tenterait de se servir de Kylian pour me faire chanter. Il le ferait esclave et je sais très bien comment ça finira. J’étais prête à tout pour protéger mon fils même s’il fallait pour ça vendre mon âme au diable… Ma main se posa sur la joue de Jesse pour tenter de le calmer. Ça marchait un peu. Il ferma les yeux et tourna la tête pour déposer un baiser dans ma main. Je ne le quittais des yeux tentant de le convaincre par les sentiments. Il ne devait pas faire ça…

    JESSE « Je n’aime pas ça Milie … »

    KYLIAN « Papa aime pas quoi ? »

    JESSE « Rien mon bébé, rien … »

    KYLIAN « On va au parc ? »

    JESSE « Oui, mon cœur, on va y aller …. »

    Il tendit la main vers moi me suppliant du regard de céder. Je grimaçais. Je ne pouvais pas… Je voulais lui dire non, que ce n’était pas possible mais Jesse devina ma réponse et finalement prit ma main pour m’entrainer de force. Enfin pas vraiment pour longtemps. Une fois sortis du centre commercial, je pris Kylian dans mes bras et Jesse nous conduisit au parc. J’espérais alors que ça ne tourne pas au cauchemar, juste parce que j’aurais fait un écart une fois dans ma vie. Une fois dans le parc, j’avais du mal à quitter Kylian qui devait ressentir le même besoin que moi pour passer ses petits bras autour de moi et poser sa tête sur mon épaule sans broncher. On finit donc tous les trois sur un banc alors que je gardais Kylian contre moi. Bébé finit d’ailleurs par s’endormir alors que je restais posée le dos, contre le torse de Jesse, ma tête contre son torse. Je profitais que Kylian dorme un peu dans mes bras pour discuter tranquillement avec Jesse et lui demander les détails de la semaine et ce que Kylian avait fait. Apparemment si ça pouvait être un petit casse-cou, il restait sage et adorable. J’aimerais tellement pouvoir le voir de moi-même mais je n’en fis pas part à Jesse pour ne pas rendre les choses plus difficile.

    MILIE « Je vous aime tellement fort… Vous êtes toute ma vie. Je sais que la situation n’est pas facile et que tu aimerais que je trouve le courage de rejoindre les humains qui se rebellent avec vous contre les vampires mais comprends-moi… Avec Chris je sais que les soupçons ne sont pas éveillés sur moi et donc sur toi et Kylian. Un jour peut-être… Quand Kylian sera plus grand mais pour l’instant comprends-moi. Je préfère mille traitements violents et vous savoir en sécurité que d’être libre et de me demander si on survivra demain… Tant que je serais esclave, Kylian et toi serez libre et c’est tout ce qui compte à mes yeux… »

    Je savais que Jesse n’a jamais été d’accord sur ce point avec moi mais il savait aussi qu’il ne pouvait me convaincre de changer de point de vue. Ma peur pour lui et mon fils était bien trop grande. Pendant trois ans depuis la naissance de Kylian il a lutté pour que je m’enfuis mais en vain. Aujourd’hui on ne parlait plus trop de ce sujet fâcheux. On vivait au jour le jour et je loupais doucement toute l’enfance de mon fils. Pour le protéger. S’il en souffre en ce moment, il comprendra plus tard… Je déposais un baiser sur le front de mon fils. J’avais donné naissance à une merveille. Il me faisait complètement craqué à dormir comme ça. La copie conforme de son père sans nul doute ! On ne pouvait pas se demander qui était le père, ça se voyait tout de suite. Il était blond comme son père, il avait ses yeux, son visage… En fait je n’arrivais même pas à voir ce qu’il avait pu hériter de moi tellement il ressemblait à Jesse. J’étais loin de me rendre compte que mon fils avait le même tempérament que moi. Je le berçais doucement en respirant l’odeur de ses cheveux. Il m’avait vraiment manqué… Je relevais le visage vers son père. Lui aussi m’avait manqué. Je glissais mes lèvres en douceur sur celle de Jesse. Oh que oui ça aussi ça m’avait manqué ! Je dus d’ailleurs un peu trop bouger parce que Kylian finit par se réveiller. Je quittais les lèvres de Jesse à contre cœur pour regarder mon fils. Il prit de ses deux petites mains mes joues et me fit un bisou sur les lèvres XDDDD ! Je rigolais soupçonnant encore Jesse de lui apprendre vraiment de ces trucs.

    KYLIAN « Maman, je t’aime… »

    Je le serrais fort contre moi en l’embrassant sur la joue et lui répéter ses trois derniers petits mots. Moi aussi je l’aimais… Mais je devais y aller. Je regardais Jesse d’un air désolé. Je lui donnais alors Kylian qui comprit très vite ce que ça voulait dire et se débattait pour ne pas quitter mes bras. Ça finit par des pleurs qui me déchiraient le cœur. Et Jesse qui ne m’aidait pas avec son propre regard. Mon dieu que tous les deux contre moi je n’allais pas y arriver !!! Kylian pleurait en me tendant les bras. Jesse me suppliait du regard. J’étais debout et je devais vraiment y aller mais Kylian ne lâchait pas prise. Rah bandes de têtes de mules ! Et bien évidemment j’étais incapable de leur résister ! Je finis par reprendre Kylian qui se calma aussitôt dans mes bras alors que j’étais debout. Il avait quelques sombre-sauts dus aux pleurs mais rien de plus. Je fusillais Jesse du regard. Il savait très bien que je devais y aller et il ne m’aidait même pas. ça allait se régler cet affaire mon amour tu vas voir !

    MILIE « Mais Kylian… Maman doit aller travailler ! C’est important mon ange. Et puis je serais là ce soir promis ! Je viendrais te lire ton histoire quand tu iras te coucher et je serais là à ton réveil… »

    KYLIAN « Promis ? »

    MILIE « Promis… A 20h pile je serais prêt de toi. Regarde, je te donne ma montre… Quand la grande aiguille sera sur le 8 et la petite sur le 12, maman arrivera. Je te la laisse… Et je veux te voir dans ton lit avec le livre de ton choix. D’accord ? »

    KYLIAN « D’accord… »

    Je finis par trouver un stratagème pour arriver à quitter mon fils et mon amour… Ce n’était pas de gaité de cœur mais je le devais. Je savais très bien que Jesse me trouvait traitre de convaincre notre fils de cette façon mais c’était ainsi alors dans un dernier baiser pour mon amour et un bisou pour mon fils je partis enfin, laissant ma montre à mon fils… Et le soir à 20h ? à 20h15 ? à 20h20 ? à 20h25 ? à 20h30 ? 21h ? Je n’étais toujours pas rentrée…





Les deux hommes de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse N. T. Williams
Admin Designer | de l'Or au bout des doigts
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Mar 12 Avr - 12:19

    J’étais content qu’elle accepte une sortie avec Kylian et moi. Comment ça je ne lui avais pas laissé le choix ? Pour sortir du centre commercial, peut-être, mais finalement après elle ne s’était pas fait prié pour prendre Kylian dans ses bras et venir avec nous. Je ne pouvais m’empêcher d’esquisser un sourire : enfin une sortie tous les trois. Ca faisait tellement longtemps qu’il n’y en avait pas eu … C’était rare qu’elle nous accompagne au parc et ça m’attristait beaucoup quand je songeais à ce qu’elle loupait : toute l’enfance de son fils. Kylian avait souvent du mal à comprendre pourquoi sa maman ne pouvait pas être avec lui, mais il y pensait moins que s’il était entouré de petits dont les mamans étaient présentes. Il n’y avait pas beaucoup de gosses dans la meute et le plus proche de lui c’était Théo, le fils d’Ewan, qui lui non plus n’avait pas la chance d’avoir une maman présente pour lui. Le moment où il y pensait le plus c’était justement au parc où il pouvait voir d’autres enfants jouer avec leurs deux parents. Je le sentais bien dans ses yeux que sa maman lui manquait beaucoup dans ces moments-là … Mais aujourd’hui il allait pouvoir y aller avec elle et sa joie était largement palpable.

    Aujourd’hui, le parc était vide et Kylian était si heureux d’avoir sa maman pour lui qu’il décida de ne pas la quitter. Il finit par s’endormir doucement dans ses bras alors que, posés sur un banc, le dos de Milie était contre mon torse. Tout était calme, il n’y avait aucun bruit, aucun de nous ne bougeait. Si pour certains ça pouvait s’avérer ennuyant ce genre de moments, pour nous ça n’avait pas de prix. On était là, tous les trois, calme, et sans se soucier de rien. Enfin … tout est relatif parce qu’au fond je savais bien que Milie songeait qu’elle risquait la vie de son fils si Chris la voyait et je ne pouvais m’empêcher de guetter l’entrée du parc, juste au cas où …
    Brisant le silence, on discuta calmement de Kylian, pas trop fort pour ne pas réveiller le bonhomme. Je sentais dans sa voix que Milie s’en voulait de ne pas être là à tous les moments importants de la vie de son fils, mais c’était ainsi ; quoi que d’après moi, ça pouvait être différent, il suffisait juste quel lâche ce sale vampire de Chris. Je lui racontais alors ce qu’il avait fait cette semaine et à quel point il avait été calme. Et oui, notre petit monstre pouvait être un petit ange quand il le voulait, ce qui étonnait sa mère d’ailleurs, mais qu’elle se rassure : il avait bien son côté têtu. Quoi que niveau têtu je n’étais pas mal non plus … Finalement, je ne vois pas trop comment il aurait pu y échapper xD.

    MILIE « Je vous aime tellement fort… Vous êtes toute ma vie. Je sais que la situation n’est pas facile et que tu aimerais que je trouve le courage de rejoindre les humains qui se rebellent avec vous contre les vampires mais comprends-moi… Avec Chris je sais que les soupçons ne sont pas éveillés sur moi et donc sur toi et Kylian. Un jour peut-être… Quand Kylian sera plus grand mais pour l’instant comprends-moi. Je préfère mille traitements violents et vous savoir en sécurité que d’être libre et de me demander si on survivra demain… Tant que je serais esclave, Kylian et toi serez libre et c’est tout ce qui compte à mes yeux… »

    JESSE « Il suffirait de partir loin, que je quitte la meute, et la vie pourrait être différente, tu le sais et je le sais aussi … »

    Je n’étais pas en colère, j’avais dit ça tout à fait posément. Au fond, c’était un peu utopiste mon idée car même si je rêvais d’une vie meilleure pour Kylian, je savais que je n’étais pas vraiment capable de quitter la meute, et encore moins celui qui m’y avait accueillit. Si seulement toute la meute décidait de migrer dans un autre pays, un pays où la vie serait différente et non dominée par ces buveurs de sang … Ce serait tellement agréable … Mais je ne voulais pas trop y penser en ce moment, ça avait tendance à me faire rêver et du coup je me mettais facilement en colère quand je songeais à cela et je ne voulais pas m’emporter alors que pour l’instant on passait un si bon moment.
    Milie leva la tête pour poser doucement ses lèvres contre les miennes. Oh que j’aimais ce contact ! Ça m’avait affreusement manqué ces deux derniers jours. Kylian émergea doucement de son sommeil à ce moment précis et alors que j’aurais bien voulu un autre baiser, Milie tourna son regard vers notre fils, qui prit ses joues et déposa un baiser sur ses lèvres … Hein ? Quoi ?! O_o J’y suis pour rien je te jure mon cœur !! Elle va finir par croire que je lui apprends que des bêtises à force … Ah la vilaine petite canaille ! En même temps, c’était si mignon, je ne pouvais pas le disputer pour cela. Il lui disait qu’il l’aimait, elle répondait la même chose … Hey ! Et moi alors ! Personne ne m’aime ?! Moi, jaloux ? Non, à peine !

    Milie me regardais d’un air désolé. Nooooon pas déjà ! T-T Je savais que je ne lui facilitais pas la tâche, mais après tout je ne voulais pas la lui faciliter. J’aurais tellement préféré qu’elle reste encore un peu …. Je lui lançai un regard qui en disait long et lorsqu’elle me rendit le petit homme celui-ci commença à s’agiter comprenant bien ce qui se passait. Il est intelligent ce petit … Tout comme son père ! Very Happy (Oui les chevilles vont bien) Kylian pleurait en lui tendant les bras et elle y céda un instant. Elle lui jura alors de revenir ce soir avant qu’il aille au lit, allant jusqu’à lui confier sa montre. Je n’aimais pas quand elle faisait cela. Je sentais qu’elle ne serait pas là à l’heure pile et Kylian avait beau être un enfant, si on jouait trop de sa confiance il va finir par ne plus nous l’accorder … Kylian sécha ses larmes, acceptant de revenir dans mes bras pour laisser sa mère partir. Je sentis une dernière fois les lèvres de celle que j’aimais sur les miennes et je grimaçais. Ce baiser avait un affreux goût amer et je n’aimais pas cela.


    Vingt heures tapantes. Kylian était assis sur le tapis jouant calmement, regardant la montre impatient. Il se leva et vint me voir, je sentis alors une petite main tirer sur mon pantalon pendant que je faisais la vaisselle pour passer le temps.

    KYLIAN « Dit papa, la petite aiguille est bien sur le huit là ? »

    JESSE « Oui Kylian. »

    KYLIAN « Et la grande elle est sur le douze ? »

    JESSE « Oui mon grand. »

    KYLIAN « Alors pourquoi maman elle est pas là ? »

    JESSE « Va te mettre en pyjama, elle … va arriver. »

    Ca occupera un moment, le temps de l’habiller. Lui qui d’habitude n’était pas vraiment pressé de se préparer pour la nuit se dépêcha, me pressant presque pour que je le prépare. Cédant à son impatience je le suivis dans sa chambre et le mit en pyjama. Fin prêt il choisit son histoire et s’assit sur son lit attendant sa maman. Je le laissai là et retourna à la cuisine. Un instant pourtant, je m’attardai, l’observant dans l’ouverture de sa porte. La montre dans ses petites mains il ne cessait de la contempler inclinant la tête d’un côté ou de l’autre. Il ne connaissait pas encore les chiffres et même si il savait qu’il était vingt heures parce que ça mère lui avait dit à quoi correspondait la petite aiguille sur le huit, il n’avait pas tout assimilé. Je soupirais, filant dans la cuisine.
    Vingt heures quinze. Milie n’était toujours pas là et Kylian avait fini par me rejoindre, demandant pourquoi sa maman n’était pas là.
    Vingt et une heures. J’avais finis par me poser sur le canapé avec Kylian, qui refusait catégoriquement d’aller au lit sans sa mère. Le petit bonhomme faisait de la résistance, mais il ne pouvait s’empêcher de bailler. Il finit par céder à la fatigue, s’endormant la tête sur mes genoux. Je passais ma main doucement dans ses cheveux puis je me décidai à aller le coucher doucement dans son lit. Si lui avait arrêté d’y songer, moi je n’arrêtais pas de penser à sa mère. Si j’avais prévu qu’elle ne soit pas là à vingt heures pile, je n’avais pas prévu qu’elle ait autant de retard et ça commençait à m’inquiéter sérieusement. Les heures défilaient et toujours pas de Milie à l’horizon. Vingt-trois heures trente. Le silence commençait à être sacrément pesant … Finalement, je me décidai à aller taper à la porte d’Ewan qui accepta de faire des allers retours entre chez lui et chez moi, histoire de surveiller un peu Kylian en même temps que son fils. Je l’avais autorisé à emmener Kylian chez lui si on tardait trop à revenir.

    Je me mis alors en chemin, rassuré que Kylian soit entre de bonnes mains, mais beaucoup moins au sujet de Milie. Je marchais, écumant les quartiers pauvres, puis ceux plus sombres encore. Minuit sonnait. Je flippais de plus en plus lorsque je vis une silhouette tituber dans ma direction. Milie ! Je couru vers elle, arrivant juste à temps pour l’empêcher de tomber au sol. Je jurais, mais ne m’attarda pas trop, la ramenant vite fait à la maison. Si je marchais vite, j’avais retrouvé Milie assez loin de la maison et on n’arriva pas devant celle-ci avant presque une heure du matin. Je posais alors Milie sur notre lit. Après un petit détour par la chambre de Kylian, je déduisis que celui-ci devait être chez Ewan, en face. Je retournais alors rapidement auprès de Milie, la prenant délicatement dans mes bras. Son cœur battait, pas très fort, mais il battait.

    JESSE « Mais dans quoi t’es-tu donc fourré …. »

    Je fermais les yeux lorsqu’une image me traversa l’esprit. Chris ! J’étais persuadé qu’il n’y était pas pour rien. La tête de Milie bougea légèrement, dévoilant deux petits trous dans sa nuque. Je sentis la rage monter en moi, je n’avais plus qu’une envie : le faire payer. J’abandonnai Milie pour aller régler des comptes, mais à peine arrivé à la porte de ma chambre mon prénom sortit faiblement de la bouche de ma princesse, me rappelant aussitôt à l’ordre. Je me ruai à son chevet, prenant sa main dans la mienne. Je dégageais les cheveux qui lui tombaient sur son visage et la regardais d’un air protecteur.

    JESSE « Mon cœur, ce salaud doit payer, il est allé trop loin … »

    Aveuglé par la colère, je ne pensais qu’à lui faire autant mal qu’il nous faisait mal à nous, sans calculer toutes les conséquences que ça pourrait avoir. Je déposa un baiser sur le front de ma femme avant de me décider à sortir de cette chambre.



Life is underground ...
BUT I'M NOT EVERYBODY
My life is at the top 'cause ...

... My Life it's Them




ABSENT DU 8/07/11 au 8/08/11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milie S. Williams

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 08/02/2011

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Mar 12 Avr - 12:26


    J’avais quitté plus tôt dans la journée mon fils et mon mari. A chaque fois je sentais mon cœur se brisait et je me réconfortais en me disant que je les reverrais bientôt. Après tout j’avais promis à mon fils et j’avais intérêt à assurer. Je fis mon maximum alors pour ne pas être en retard dans mes taches. Je fis tout ce que je pouvais pour que Chris ne trouve rien à me reprocher et me laisse partir pour 20h. Il était d’ailleurs presque l’heure quand je me dirigeais vers sa chambre pour savoir s’il avait autre chose à me confier. Il me demanda d’approcher. J’obéis. Il n’avait pas l’air très bien et je m’inquiétais. Je le sentais morose. Je lui demandais si ça allait. Il me répondit que oui en quittant sa chaise et se diriger vers moi. Je lui demandais s’il avait besoin de quelque chose. Il avait l’air de réfléchir un instant. J’espérais qu’il me dise non et qu’il me renvoie. J’étais loin de m’imaginer que je n’étais pas prête de quitter cette pièce. Il posa sa main sur mon épaule en passant pour refermer la porte derrière moi. J’étais peut-être trop naïve mais je ne compris pas du tout ce que ça voulait dire.

    CHRIS « J’aimerais en effet quelque chose Milie. Peux-tu être gentille et… Non. En fait non. Ce n’est pas grave. »

    MILIE « Si… Il n’y a pas de soucis, je suis là pour vous. »

    CHRIS « Tu es si douce… si gentille… jamais une esclave s’inquiète pour moi après ce que je peux lui faire endurer ce que toi tu subis et pourtant tu es toujours à mes petits soins. J’aimerais tellement que tu sois heureuse… »

    MILIE « Je le suis… »

    CHRIS « Pas assez et je le sens, ne me ment pas. »

    MILIE « Je… »

    CHRIS « Milie. S’il te plait… Ose me dire qu’une fois dans ta vie tu n’as pas été tenté de céder. Une fosi dans ta vie ton cœur n’a pas battu pour moi. »

    MILIE « »

    Je n’aimais pas la tournure de la conversation et encore moins de voir cette douleur dans ses yeux. Je reculais doucement et il commença à avancer en insistant en rappelant ces moments de complicités quand j’avais 16 ans à peine… Je me sentais réellement de plus en plus mal à l’aise. Je finis par arriver à atteindre la porte. Ma main dans mon dos se posa sur la poignée mais Chris bloqua la porte de sa main près de mon visage. Il s’approcha un peu trop prêt de moi et me supplia d’entendre raison. Je ne le regardais plus en face, sentant mon cœur s’emballer de stresse. Il posa son autre main sur ma joue et me força à le regarder. Mes yeux croisant les siens furent comme d’un seul coup hypnotiser. En quelques secondes c’est comme si plus rien n’avait d’importance. Comme si je ne me rendais plus trop compte de ce qu’il se passait. Il endormait complètement mes sens par son don de persuasion en me demandant de ne pas avoir peur, que jamais il ne me ferait de mal… Il me demanda d’approcher contre lui. Je m’exécutais comme un pantin. C’est quand il me saisit qu’au fond de moi, même si je n’avais pas peur et même confiance artificiellement, je savais que ça tournerait mal. Et je n’avais pas tort…

    Je me retrouvais dans notre lit couverte de bleus sur le corps sous mes vêtements mal mis et deux petites pointes dans la nuque. La douleur était énorme. Je sentais l’intérieur de mon abdomen me lancer et pourtant je luttais pour ne pas hurler. Encore complètement dans le gaz c’est comme si je venais de faire un horrible cauchemar qui ne voulait pas partir. J’avais encore certaines sensations sur mon corps qui ne voulaient s’enlever. Je tremblais légèrement et la chaleur de Jesse me quitta très vite. Je ne pus que souffler son prénom. Je n’étais pas capable de plus et pourtant ça suffit à le retenir. J’étais dans un piteux état et ne me rendait même pas compte que j’avais du sang au coin des lèvres. Il prit ma main dans la sienne pour me dégager les cheveux, cachant le sang.

    JESSE « Mon cœur, ce salaud doit payer, il est allé trop loin … »

    Je tentais de faire non de la tête mais seul mon regard pouvait parler. Il déposa un baiser sur mon front et voulut sortir mais je le retenais de la main. Il vit alors le sang sur le coin de mes lèvres… Il me regardait bizarrement avant de me demander d’où ça venait. Quoi ? De quoi ? Touchant mes lèvres de ma main je vis du sang et je commençais à trembler revoyant des images brutalement de la soirée…

    Je me retrouvée sur ce lit que j’avais longtemps évité, ses mains arrachant mes vêtements, expliquant pourquoi j’en avais de nouveau maintenant. Je ne voulais pas mais une force psychique m’obligeait à dire oui. Plus il m’en demandait et plus j’exécutais. Ses lèvres dans mon cou. Le sang qui coule… Sa main sur mes lèvres pour m’empêcher d’hurler. Son corps prenant possession de force le mien. Son sang dans ma bouche… Tout arrivait par flash alors que mon corps était pris de sombres sauts. Jesse s’inquiéta et tenta de me prendre dans ses bras mais je finis par hurler refusant qu’il m’approche. Je ne comprenais plus ce qu’il m’arrivait. J’étais déboussolée et revoyais sans arrêt ce qu’il s’était passé comme si j’y étais encore. Je n’étais plus connectée à la réalité. Je n’arrêtais pas de pleurer… Il recula d’abord étonné mais finir par insister. Dès qu’il posa sur moi j’hurlais au point de le supplier de me laisser. J’étais en train de lui demander de ne pas me faire de mal. Je pleurais et je tremblais vraiment trop pour que ce ne soit pas inquiétant. Ma situation était courante pour une esclave. Pourquoi alors je ne subissais ça que maintenant ? Le faible de Chris pour moi m’en avait préservé jusqu’à maintenant mais il faut croire que s’apercevoir qu’il n’arriverait jamais à m’avoir en me laissant le choix avait fini par le convaincre de passer à un degré supérieur. Et pourtant… jamais un vampire ne donne son sang comme il a fait avec moi cette nuit. Jamais un vampire n’est si doux même si ma peau présentait quelques bleus. Jamais un vampire ne dit trois mots d’amour à une esclave avant de se sentir coupable et de la laisser partir plutôt que de la tuer. Mais quel était le pire ? Mourir après de telles souffrances si jeune ou vivre sans jamais oublier ce jour où on vous arrache le peu de fierté et de dignité qui vous reste… Mon univers avait été d’or jusque là mais plus rien ne valait le coup. Je ne pouvais oublier ce que j’avais fait, ce qu’il m’avait fait… C’était impardonnable. Et je savais très bien que si Jesse comprenait exactement ce qu’il c’était passé ça tournerait au bain de sang. Je me sentais mal entre la peur que Jesse me touche et que je sente mes visions revenir ou le fait qu’il parte tenter de commettre l’irréparable.

    Ce qui faisait le plus mal dans tout ça ce n’était pas la douleur ou le fait d’avoir été forcé mais simplement mes gestes à moi. Je n’aurais jamais voulu en arriver là et je n’avais pas fait exprès mais ce fut la nuit de trop et j’avais mal… Pourquoi c’est moi qui avait finit par le faire craquer lui ?! Pourquoi c’était moi qui prenais ?! Pourquoi la vie était comme ça ?! Pourquoi avais-je ressenti ça ? Pourquoi au seul moment où j’aurais du être dégouté, j’ai aimé. Je me recroquevillais sans comprendre ce qu’il m’arrivait. Je savais ce don de persuasion des vampires mais jamais je ne l’avais vécu et j’avais la sensation d’avoir trahi Jesse d’avoir cru un instant que c’était de l’amour. Je ne pouvais oublier cette sensation charnelle et cette envie que j’avais désiré un instant d’être sienne après qu’il m’ait demandé de le ressentir. Une part de moi encore sous l’influence avait même du mal à se concilier avec mon amour pour Jesse. J’étais flippante… trop… J’avais fini dans ses draps avec ou sans ma volonté. J’aurais du me douter qu’un jour ça arriverait. On ne pouvait faire confiance à un vampire. Pourtant j’avais cru que Chris était différent… Je me sentis d’autant plus trahi. Jesse resta en face de moi. En face de mes peurs… En face de ma culpabilité. En face de ma trahison. En face des gestes que j’avais pu poser. En face du sentiment d’avoir cru que c’était de l’amour… Je restais recroquevillée sans dire un mot fuyant Jesse du regard pleurant toute la nuit sans arriver à me calmer. C’est au petit matin alors que Jesse luttait entre sa peur pour moi et le sommeil que je finis par bouger. Il ne comprit pas tout de suite ce que je voulais faire. Je venais de choper les ciseaux sur le bureau. Je ne pouvais pas. Je ne pouvais plus. Je ne me supportais plus ainsi. Je me sentais complètement sale. Jesse ne comprit pas tout de suite me regardant, se demandant ce que j’allais faire. Je ne pourrais plus jamais me regarder dans un miroir… je ne pourrais plus retourner là-bas… Je ne pourrais plus sentir les mains de Jesse me toucher après ça. Je me sentais sale et démunie. J’avais osé donner mon corps à un autre et en prendre du plaisir même si c’était sous son pouvoir… Je ne pouvais pas continuer comme ça. C’est quand je lui dis au point de ne pas arriver à trouver le courage de surmonter ça :

    MILIE « Adieu mon amour »

    Les larmes aux yeux, dirigeant violemment les ciseaux vers ma gorge que…





Les deux hommes de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse N. T. Williams
Admin Designer | de l'Or au bout des doigts
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Mar 12 Avr - 12:30

    Si il y avait bien une chose que je mourrais d’envie de faire c’était bien d’aller tuer ce fils de … ; et encore même ça serait trop aimable ; de Chris. Je ne savais exactement ce qu’il avait fait à Milie pour l’instant, mais j’en savais assez pour cela. Si une fois j’avais cédé pour finalement revenir à ses côtés au simple son de mon prénom sortant de ses lèvres, j’étais d’autant plus déterminé que je venais d’apercevoir un filet de sang au coin de ses lèvres. Je la regardais étonné, mon regard mélangeait colère et incompréhension. Impossible … Milie n’avait pas pu boire du sang ! Je ne pourrais me résoudre à le penser ! Ça m’était tout bonnement impossible. Elle finit par porter sa main à ses lèvres, ne comprenant visiblement pas pourquoi je lui parlais de sang. Ensuite, tout se passa à une vitesse folle. A la vue de ce sang elle se mit aussitôt à trembler et pour la rassurer je décidai de la prendre dans mes bras, Chris attendra pour mourir, mais c’était sans compter sur le fait qu’elle hurle à mon approche. Son cris strident eu un effet immédiat : il aurait glacé le sang à n’importe qui. Surpris, j’avais d’abord reculé pour mieux revenir, mais il en fut de même. Elle pleurait, tremblait, parlant parfois à la limite de la possession surnaturelle. J’espérais qu’elle ne réveil pas tout le quartier, on n’avait vraiment pas besoin de curieux et j’étais content de savoir Kylian chez Ewan, je ne voulais pas qu’il voit sa mère ainsi. Elle se calma, si on peut appeler ça ainsi et se recroquevilla dans le lit. La voir comme ça me faisait mal, d’autant plus que je ne savais pas exactement pourquoi elle réagissait ainsi et être laissé dans l’ignorance me laissait présager le pire, ce qui n’était pas une bonne chose, loin de là. Je restais face à elle sans pouvoir la comprendre. Je ne voulais pas partir, mais j’avais la mauvaise impression que je ne servais pas à grand-chose. Je me contentais alors de rester à distance raisonnable, évitant ainsi toute nouvelle crise d’hystérie, ce qui n’était pas plus mal. Je l’entendais sangloter, recroquevillée sur elle-même et je mourrais d’envie de la prendre dans mes bras pour la consoler, mais j’avais comme l’impression que ce n’était pas la meilleure chose à faire. Elle sanglota ainsi toute la nuit sans que je puisse y remédier.

    Au petit matin, je luttais entre mon envie de rester éveillé, de peur qu’il lui arrive de nouveau quelque chose et mon envie de sombrer dans un profond sommeil pour récupérer de cette nuit éprouvante. Mes yeux se fermaient tous seuls par moment et je les rouvrais en sursautant comme si je me prenais des décharges à chaque fois. Mes yeux se fermaient encore une fois lorsque je sentis le lit bouger et les rouvrit aussitôt. Milie bougeait. Elle sortit du lit pour prendre les ciseaux sur le bureau. Je suivais le moindre de ses gestes sans pour autant parvenir à comprendre ce qu’elle cherchait à faire.

    MILIE « Adieu mon amour »

    Des larmes coulaient de ses yeux alors qu’elle dirigeait les ciseaux vers sa gorge. Ce ciseau pointé vers elle me fit l’effet d’un électrochoc et je réagis au quart de tour, bondissant littéralement du lit pour jeter d’un geste les ciseaux au loin et la prendre dans mes bras. Peu importe qu’elle pleure ou qu’elle se débatte je la gardais contre moi. Je la serra fort, oubliant presque qu’elle n’était qu’une simple humaine que je pouvais briser comme une simple brindille. J’écartai alors doucement sa tête de mon épaule pour la prendre entre mes deux mains.

    JESSE « Ne … Refais … Jamais …Ca. »

    Je marquais une pause entre chaque mot pour l’accentuer davantage. Hier avait été si beau, pourquoi fallait-il qu’aujourd’hui commence si mal ? … Pourtant, je ne lui en voulais pas. Je n’en voulais qu’à un seul être : Chris. Pourquoi n’allais-je pas le tuer maintenant ? Parce que je ne voulais abandonner Milie et la laisser seule, d’autant que l’incident des ciseaux me confortait dans mon choix. Pourquoi fallait-il que le sort s’acharne sur nous.
    Mon regard planté dans le sien ne trouvait rien d’autre qu’un regard perdu comme celui d’une enfant traumatisée. Je la repris doucement contre moi et m’assis sur le lit, la posant sur mes genoux pour la bercer contre moi, ma joue posée sur le haut de son front. Je la sentais trembler dans mes bras et les sanglots revenir de plus belle. Je me sentais mal de la voir si mal, c’était communicatif.

    JESSE « Oh ma Puce … » dis-je en tentant d’essuyer les larmes qui coulaient. « Ne pleure pas, peu importe ce qu’il a fait il ne le mérite pas. Jamais plus il ne t’infligera de mauvais traitement, tu resteras avec moi, je te le jure … »

    Si je n’étais pas dupe en ce qui concernait les deux petits trous dans son coup, j’étais à mille lieues de me douter ce qu’il lui avait infligé, mais une chose était certaine : je refusais qu’elle retourne là-bas, je ne voulais pas qu’elle souffre. Et Chris allait le payer peu importe ce qu’il avait fait …



Life is underground ...
BUT I'M NOT EVERYBODY
My life is at the top 'cause ...

... My Life it's Them




ABSENT DU 8/07/11 au 8/08/11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milie S. Williams

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 08/02/2011

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Mer 13 Avr - 9:46


    Je dirigeais mes ciseaux vers ma gorge. J’étais incapable de voir plus loin que ce que j’avais fait. J’en oubliais Kylian et Jesse dans tout ça. Je ne supportais pas ce que j’avais fait. Je n’étais pas capable de franchir ce cap seule. Je pleurais sans arriver à m’arrêter. Dans un acte de pure inconscience je finis par diriger les ciseaux violemment vers ma gorge. Ça faisait une nuit entière que doucement je revoyais les scènes s’afficher dans ma mémoire m’enfonçant de plus en plus au point de refuser de continuer à vivre…

    Puis sans comprendre par cette brume formée par mes pleurs, les ciseaux me firent enlever très rapidement des mains pour être jeté violemment plus loin. Jesse me prit dans ses bras par la suite. Il me serrait fort alors que je me remis à pleurer de plus belle. Il prit sans attention mon visage entre ses mains. Mes yeux dégoulinants le fixaient, complètement perdue et désemparée.

    JESSE « Ne … Refais … Jamais …Ca. »

    Il finit par s’asseoir et me prendre tout contre lui. Je me laissais finalement faire contrairement à dans la nuit comme si au fond j’avais besoin de sa présence et d’être rassurée. Comment allais-je lui expliquer ce qu’il c’était passé ?! Comment pourrait-il toujours vouloir être mon mari quand il saura que je me suis donnée à Chris même si j’ai été envoûtée ?! J’avais peur… très peur… Il me berçait. Je n’osais parler. Je tremblais simplement pour l’avenir. Je ne voulais plus y retourner… Je voulais tout quitter. Je voulais oublier. Rien que d’y penser je repleurais encore et encore.

    JESSE « Oh ma Puce … Ne pleure pas, peu importe ce qu’il a fait il ne le mérite pas. Jamais plus il ne t’infligera de mauvais traitement, tu resteras avec moi, je te le jure … »

    Il essuyait mes larmes une à une. Je savais que dans ses bras j’étais en sécurité. Jamais Jesse ne m’a forcé à quoi que ce soit s’il n’était pas sur que je le voulais vraiment. Autant avouer que Jesse prenait vraiment soin de moi et là encore il le prouvait une fois de plus. Il me fallut beaucoup de temps pour arriver à sortir de cet état. A vrai dire pour être honnête, une journée ne suffisait pas à ce que je retrouve le sourire même quand je revis mon fils dans la soirée qui suivit après avoir réussi à calmer mes pleurs. Je l’avais serré dans mes bras pour ne plus le quitter jusqu’à dormir avec mon fils et mon mari dans notre grand lit. Jesse me laissait mon fils sans trop rien dire. Je ne pleurais plus et c’était déjà ça. J’avais le sentiment que si lui n’arrivait pas à me rendre le sourire, mon fils y arriverait. Ce n’était pas gagné. Mon corps se souvenait encore de chaque instant de cette nuit comme si je les revivais sans arrêt. Dès que Jesse m’approchait un peu trop je prenais peur. Il ne pouvait que me prendre dans ses bras simplement. Et encore ! J’avais mon fils sans arrêt dans les miens de la journée, donc pas évident. Avoir Kylian près de moi était aussi un moyen de fuir le sujet et d’en parler à Jesse. Je voulais oublier, pas en parler. Je me retrouvais donc deux jours plus tard, toujours pas sortie de la maison et le refusant, dans la chambre de mon fils sur le sol avec lui, l’aidant à construire un château avec des legos que j’avais récupéré il y a très longtemps grâce à une humaine du centre commercial. Mon fils était heureux d’être avec moi non stop depuis hier. Content mais inquiet quand même. Il n’avait que trois ans mais il voyait bien que quelque chose clochait et il me demandait souvent si ça allait. Je tentais au mieux de le rassurer à chaque fois. La journée suivante n’était pas mieux. Tendis que je m’éloignais de Jesse durant la journée, je restais avec mon fils. Je voyais bien que ça pesait Jesse mais je n’arrivais pas à rester seule avec lui. Et la nuit ? Je dormais encore avec mon fils. Jesse finit par me demander s’il pouvait me voir. J’appréhendais et refusais catégoriquement.

    MILIE « Non Jesse… Je joue avec Kylian s’il te plait… »

    Je devenais vraiment de plus en plus dur à approcher. Faut avouer qu’avec mon fils constamment prêt de moi, short pour me parler de sujet qui fâche… Et moi ça me permettait de retrouver un semblant de raison de vivre. Je me reconstruisais doucement sur mon fils. J’oubliais souvent de manger à ma faim et même de penser à Jesse. En fait je me concentrais totalement sur mon fils, oubliant de vivre de mon côté. Jesse rentra alors dans la pièce et prit Kylian dans ses bras sans même prévenir, pour dire que Théo l’attend pour jouer un peu. En deux trois mouvements Jesse venait de me priver de mon fils O.O ! Je sentais les pleurs remonter sans pour autant que je ne les lâche. Je voulus rejoindre mon fils finalement mais Jesse me barra le passage. Je grimaçais, lui demandant de me laisser passer mais il refusait. Je me braquais aussitôt tentant de le fuir mais il me suivit…

    JESSE « Pourquoi tu fais ça ? »

    MILIE « Pourquoi je fais quoi ? »

    JESSE « Pourquoi tu m’évites ? »

    MILIE « Je veux voir mon fils. »

    JESSE « Il y a une différence entre être avec Kylian et m’ignorer. »

    MILIE « S’il te plait laisse-moi retourner voir mon fils… »

    JESSE « Il joue, il peut se passer de toi pour l’instant… »

    Je restais têtue. J’avais besoin de mon fils. Je n’étais pas prête à me confronter à Jesse. J’avais peur. Je finis par me poser sur le canapé non loin de moi en refusant de lui accorder un regard. Je restais là attendant, ne réagissant plus comme si sans mon fils je ne pouvais plus vivre. Il se posa devant moi pour me demander ce qu’il n’allait pas. Je finis par le regarder sans trop savoir quoi faire. Je finis par le pousser et lui demander de me laisser tranquille. Je savais que s’il me questionnait et que si je devais faire face à lui je finirais par me rappeler et je pleurerais. Je tentais de me lever et de l’esquiver…





Les deux hommes de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse N. T. Williams
Admin Designer | de l'Or au bout des doigts
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Mer 13 Avr - 11:19

    La journée avait été longue, très très très longue … Il fut un temps où on aurait largement profité d’une journée sans notre fils pour nous enfermer à double tour dans notre chambre. Je savais que Milie était mal et je n’en attendais pas autant d’elle tout de suite, mais de là à en arriver à ne pouvoir ne serait-ce que ce câliner … oui, ça me faisait mal au cœur. L’état de Milie ne s’était pas vraiment arrangé, mais j’avais déjà demandé à Ewan de garder Kylian un peu plus longtemps, je ne pouvais abuser de sa gentillesse plus longtemps. Aussi, Ewan ramena Kylian à la maison en fin d’après-midi, ce qui arrangea manifestement l’état de Milie. J’ignorais encore pourquoi, mais notre fils avait un bon impact sur Milie et ça me réjouissait. Milie ne le lâcha pas de la soirée, allant jusqu’à le faire dormir dans notre lit. Ce n’était pas un service qu’elle lui rendait de le coller tout le temps et ce n’était pas un service que je lui rendais à elle en acceptant, mais je le fis quand même. Je ne voulais pas risquer de la contrarier pour l’instant, elle était encore trop fragile. Et puis, la situation reviendrait bientôt à la normale … du moins je l’espérais.

    Deux jours. Deux jours que Milie ne lâchait pas Kylian d’une semelle. Si le petit bout’chou n’y voyait aucun problème, moi ça ne me plaisait pas autant qu’à lui. Bien sûr, je suis heureux pour eux qu’ils puissent passer du temps ensemble et que Kylian puisse enfin profiter de sa maman, mais pas de cette façon … On n’avait plus aucune intimité, je pouvais à peine la serrer dans mes bras, et encore parfois il y avait Kylian entre les deux. Alors si les premiers jours je me faisais un plaisir de jouer avec eux dans la chambre du petit, le suivant je l’appréciais déjà moins. On devait récupérer une vie de couple normal, avec ses moments d’intimité, sinon il en allait de la survie du couple … et puis, si un jour il lui prenait de vouloir retravailler je n’imaginais même pas la peine qu’aurait Kylian tellement il a été habitué à avoir sa maman prêt de lui les deux derniers jours. Elle était totalement à ses petits soins, s’oubliant presque elle-même, et moi aussi … Je m’écartais peu à peu, commençant à être mal à l’aise avec cette histoire. Je commençais presque à éviter la chambre de Kylian, ça ne pouvait plus durer. Hier j’étais partis deux bonnes heures discuter avec Ewan, Milie ne s’en était même pas rendue compte, trop absorbé par le blondinet avec lequel elle jouait. Il m’avait conseillé d’être patient et je savais qu’Ewan était souvent de bons conseils, mais cette histoire me rongeait et je ne pouvais attendre plus longtemps sans tenter de discuter avec elle.
    Je finis par approcher de la chambre, restant dans l’encadrement de la porte.

    JESSE « Je peux te voir ? »

    MILIE « Non Jesse… Je joue avec Kylian s’il te plait… »

    Je compris à son ton que ça ne servait à rien d’insister pour le moment. Je soupirai et tourna les talons. Pourquoi ne voulait-elle pas discuter ? Est-ce qu’elle avait quelque chose à me cacher ? Est-ce que je me trompais et que finalement ce n’était pas Chris qui avait abusé d’elle, mais qu’elle m’a tout simplement trompé ? Si je lui en voudrais ? Je n’en suis même pas, sûrement sur le coup, mais avant tout je voulais qu’elle me dise ce qui la tracassait. Je n’en pouvais plus de cette vie. Deux jours à peine que ça durait et je ne le supportais déjà plus. Ça pouvait paraitre égoïste pour une fois que Kylian pouvait avoir sa maman, mais elle se servait de lui pour m’éviter et je ne le supportais pas.

    C’était l’heure du goûter. Milie alla alors préparer le goûter de Kylian, en le prenant évidemment avec elle. Plus tôt dans l’après-midi j’avais demandé à Ewan si Théo voulait jouer avec Kylian cet après-midi et celui-ci, qui avait écouté aux portes, avait immédiatement fait les yeux doux à son père pour avoir son autorisation. Ewan avait accepté et assis dans le canapé, le regard sur la fenêtre, je voyais Théo arriver. Je filai dans la cuisine et prit Kylian dans mes bras pour lui dire que Théo voulait jouer avec lui et le petit garçon était partit, visiblement content d’aller voir son ami. Si Milie essaya bien sûr de suivre Kylian, je lui barrai le chemin, bien décidé à discuter. Elle sortit finalement de la cuisine, moi sur ses talons.

    JESSE « Pourquoi tu fais ça ? »

    MILIE « Pourquoi je fais quoi ? »

    JESSE « Pourquoi tu m’évites ? »

    MILIE « Je veux voir mon fils. »

    JESSE « Il y a une différence entre être avec Kylian et m’ignorer. »

    MILIE « S’il te plait laisse-moi retourner voir mon fils… »

    JESSE « Il joue, il peut se passer de toi pour l’instant… »

    On était aussi têtu l’un que l’autre. Je craignais que cette discussion n’aboutisse à rien, mais je gardais espoir du contraire. Milie s’assit sur le canapé et je me plaçai accroupi en face d’elle pour essayer de capter son regard. Je lui demandai alors ce qui n’allait pas, la question qui fâche depuis deux jours, mais je n’eus le droit qu’à un bref regard avant de me faire pousser, suivit d’une demande de la laisser tranquille. Elle essaya de se lever, je me relevai légèrement et attrapai sa main pour la contraindre à rester là. Elle essaya de se ‘délivrer’, mais au lieu de ça elle ne réussit qu’à me faire perdre l’équilibre. Je finis alors allongé sur le sol et elle à califourchon au-dessus de mon ventre. Son visage était assez proche du mien. Ses mains dans les miennes étaient à la hauteur de ma tête, de chaque côté. Est-ce que c’était moi qui la tenait ou l’inverse ? C’était dur à dire. Je me mordis la lèvre inférieure instinctivement. Je désirais ses lèvres qui me faisaient affreusement envie. Son corps entier me faisait une envie folle, mais ce n’était pas le moment. Quoi que, en y réfléchissant bien, il n’y avait pas de meilleur moment : on était plus proches qu’on ne l’avait été depuis deux jours, même si ce n’était pas fait exprès, et Kylian n’était pas là et ne risquait pas de débarquer. Je la regardais avec des yeux qui laissaient deviner tous les sentiments qui pouvaient me traverser en ce moment, et surtout le désir d’elle que j’éprouvais. L’une de mes mains lâcha la sienne et se posa sur sa joue, la caressant avec douceur.

    JESSE « Milie … Je ne te jugerais pas mon cœur, mais pitié … ne reste pas comme ça. »

    La fin de ma phrase avait un air de supplication. Ce n’était pas une solution pour elle de garder tout cela enfouit, et ce n’en était pas une non plus de m’éviter pour éviter le sujet. Ca risquait de briser ou au moins d’affecter grandement mon couple, et je ne le voulais pas. Je la sentais tétanisée sous mes doigts. Est-ce qu’elle cèderait ou est-ce qu’elle irait encore se réfugier dans la chambre de son fils, m’obligeant à la suivre ? J’espérais la première solution. Après tout, je me doutais déjà que Chris avait goûté à son sang, comme les deux petits trous dans sa gorge en témoignaient. Oh ça pouvait être l’acte d’un autre vampire, mais j’avais l’intime conviction que c’était bien sa marque. J’en voulais à lui, pas à Milie, et j’étais persuadé qu’elle le savait, mais qu’est ce qui pouvait bien la faire penser que je lui en voudrais au point de préférer m’éviter que d’être confronter à ce moment ? De toute façon je ne lui laissais pas vraiment le choix aujourd’hui, soit elle parlait ici et maintenant, soit elle fuyait et de toute façon elle finirait par parler. Je ne supporterais pas un jour de plus comme les précédents …



Life is underground ...
BUT I'M NOT EVERYBODY
My life is at the top 'cause ...

... My Life it's Them




ABSENT DU 8/07/11 au 8/08/11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milie S. Williams

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 08/02/2011

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Mer 13 Avr - 17:27


    Dès le moment où mon corps se retrouva au dessus du sien je savais que je ne tiendrais pas longtemps. C’est étrange comme votre corps pouvait reconnaitre chaque signe qu’on lui donnait. Mes jambes entourant son corps, mes lèvres proches des siennes, mes mains entourant sa tête… Mon instinct me disait de me pencher et de l’embrasser. Mon cœur me suppliait de céder. Mais mes peurs m’en empêcher… Je l’avais trahi… J’avais couché avec Chris et j’en avais retiré du plaisir. Comment pourrais-je lui faire ça ! je ferais mieux de le quitter et partir avec mon fils avant de ne lui faire encore plus de mal. Il ne me méritait pas… Je devais partir. Pourtant mon cœur en était incapable. Ma conscience avait beau être douloureuse, mon cœur savait que tout ça n’était pas vraiment arrivé par volonté mais par influence… Chris avait usé de son don de persuasion pour m’obliger à céder. Mais cette sensation que j’avais eu… Je n’étais pas capable de l’oublier. Que faire ? Que dire ? Je n’avais plus qu’à m’enlever de là et fuir comme je savais si bien le faire. Seulement il m’arrêta au dernier moment, posant sa main sur ma joue. C’était comme un électrochoc. Comme une seconde chance… Comme le début de l’acceptation ? Je ne réfléchissais plus depuis que sa main se posa sur ma joue. Son regard… Ses paroles… Mon cœur ressentait comme une pointe de soulagement et voulait y croire. Mon corps souffrant de cette abstinence de nous que je nous avais imposé, me prit au dépourvu et finalement sans un mot mais simplement une larme qui coula, une seule… Mes lèvres joignirent les siennes dans un contact désespéré. Je voulais oublier prêt de mon fils mais mon corps et mon cœur avait besoin de Jesse pour y arriver intégralement. Je ne quittais plus ses lèvres. Les mains de Jesse passèrent sur mon corps. A chaque contact de ses mains sur ma peau je revoyais cette nuit où Chris m’avait volé ma dignité. Je rompis le baiser vivement, fermant les yeux forts, haletante. Mes mains tremblaient. J’avais deux choix : reculer et finalement fuir ou écouter mon cœur et y foncer quoi qu’il arrive et ce que je pourrais voir ou ressentir. Fuir laisserait Chris gagnant. Jesse me regardait inquiet sans savoir ce qu’il pouvait se passer dans ma tête. Toujours les yeux fermés je finis dans un souffle par lui demander de m’embrasser. Je réitérais même ma demande pour que Jesse soit sur de bien avoir entendu. Et il ne fallut pas longtemps pour qu’il me prenne dans ses bras et m’embrasse. De mes mains j’enlevais alors son t-shirt et commençais à déboutonner son jean. Il m’aurait bien demandé si j’étais sure mais je ne lui en laissais pas le temps. C’était maintenant où jamais… Plus je progressais avec Jesse et plus je revoyais ce qu’il c’était passé. Mon corps nue contre celui de Chris… Sa façon qu’il a eu de me mordre avec passion pour que j’en tire du plaisir… Son sang des veines de ses poignets qu’il m’avait offert en échange. Je me souvenais chaque instant de cette soirée. Jesse me renversa doucement le dos sur le sol. Chris m’avait doucement renversé le dos contre le lit. Jesse m’embrassa la nuque et la poitrine comme l’avait fait Chris. Et en douceur, loin de tout tissu qui aurait pu nous recouvrir, il céda complètement à mes avances comme j’avais cédé à celle de Chris… Et c’est là que je me rendais compte de la différence. J’avais cédé à Chris mais jamais je ne l’ai voulu. Avec Jesse je le désirais chaque jour au fond de moi. C’était comme accepter de partager sa brosse à dent à contre cœur ou offrir son âme à jamais pour celui qu’on aime. Quel était le mieux ? Un amant vampire ou un amour lycan… S’il fallait en supprimer un je zapperais volontiers Chris. Même si on me donnait tout l’or du monde je préfèrerais être avec Jesse. C’était ça, aimer de son plein gré… C’est même dans les moments les plus difficiles, être capable grâce à lui doucement de remonter la pente. Il m’aurait en fait fallut que ça… Me rendre compte qu’on aurait beau m’influencer… qu’on pourrait tenter de me forcer… Je ne cesserais de penser à Jesse. C’est exactement le mot que je sortis à la fin de notre échange et c’est exactement celui que j’avais sorti lors de celui avec Chris même si ce dernier n’en avait pas tenu compte… Jesse pour la vie et quoi qu’il arrive.

    Je me retrouvais avec une serviette autour du corps après une douche avec Jesse. Finalement on avait rattrapé le temps perdu dans nos contacts physiques. Si cette chute dans le salon avait été le déclenchement, elle n’en était que très loin de la fin. Ça c’était à peine terminé sur le sol que la douche fut la seconde victime, sans même parler de ce pauvre lavabo qui avait cédé sous mon poids et enfin le lit… J’étais à la fenêtre les cheveux encore humides et la tête ailleurs. Jesse finit par me rejoindre après être resté un instant sur le lit. Il me prit dans ses bras et je le laissais faire mais je n’osais rien dire… Je fermais seulement les yeux un instant, sentant cette larme couler le long de ma joue. Jamais je n’aurais pensé être capable de lui dire un jour. Et pourtant là, maintenant, dans ses bras, ça sortit tout seul comme si ma conscience en avait marre de souffrir…

    MILIE « J’ai… J’étais nue devant Chris… Il a doucement fait glisser un à un mes vêtements et arraché finalement mes sous-vêtements… Il m’a prise tout contre lui et m’a mordu après mon consentement… J’en ai retiré du plaisir à cet échange… Il m’a alors proposé son sang que j’ai bu et… » Ma voix tremblée. Avouer était me rendre coupable d’autant plus. Mais je ne pouvais continuer à lui cacher ça… « Il m’a posé sur son lit et… m’a embrassé. Il a eu accès à mon corps tout entier sans même que je ne proteste. Et au moment de me faire sienne, j’en ai ressenti presque de l’envi. Il m’a… et… j’ai… aimé… »

    Je pleurais de nouveau ne supportant pas ce que j’avais fait. Je me dégoutais à un point ! Je n’étais même pas capable de garder ça pour moi ! Il fallait que je m’en vante ! J’étais vraiment horrible ! Un monstre… J’étais un monstre… Et le pire c’est que je ne disais ça qu’après avoir fait l’amour plus d’une fois avec Jesse comme si je n’avais aucune conscience de me faire deux hommes à la suite. J’étais vraiment dégueulasse… Je ne connaissais qu’un mot à ça : une catin…

    MILIE « Je suis une catin… Je ne te mérite pas... »

    Se fut les derniers mots que je puisse dire sous mes pleurs…





Les deux hommes de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse N. T. Williams
Admin Designer | de l'Or au bout des doigts
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Jeu 14 Avr - 10:52

    Nos visages étaient proches l’un de l’autre et j’étais pris, en ce moment-même, d’une irrésistible envie de l’embrasser, mais je tâchais de me contenir autant que possible. Elle n’avait pas rechigné lorsque j’avais mis ma main sur sa joue, je ne voulais pas risquer de l’embrasser et la voir repartir aussitôt. On avait pourtant dépassé le stade des simples baisers, et ce il y a bien longtemps, mais j’avais comme l’impression que c’était comme si on se redécouvrait. Ces deux derniers jours je ne la comprenais plus et pourtant, elle m’accordait enfin une chance d’y remédier. Cependant, je n’eus pas à me retenir de l’embrasser bien longtemps puisque ce fut elle qui m’embrassa dans baiser avec un goût de désespoir. Je commençais vraiment à me demander ce qu’était le lourd fardeau qu’elle portait seule, mais j’essayais de ne pas y penser trop longtemps, appréciant seulement ce baiser. Nos lèvres ne se quittaient plus et ma main posée sur sa joue descendit dans le bas de son dos alors que l’autre la rejoignit rapidement. Elles évoluaient sur son corps comme sur un terrain familier. Elle rompit alors le baiser vivement. Merde ! J’y avais peut-être été trop vite :s les doutes revenaient peu à peu. Elle ferma les yeux, le visage crispé et je me demandais ce qu’elle allait faire. Je la regardais inquiet … oui, j’avais peur de sa réaction. Je n’aimais pas cette sensation de ne pas savoir où j’allais et de n’être sûr de rien. Dans un souffle, j’entendis qu’elle me demandait de l’embrasser, ses yeux toujours fermés. Je refusais, mais elle recommença. Elle avait l’air sûr d’elle et puis, je dois bien avouer que ces baisers m’avaient bien trop manqué pour m’en priver. Je la pris dans mes bras et l’embrassa doucement. J’avais décidé de ne pas être trop brusque, on devait se retrouver en douceur … ou pas. Milie avait l’air d’en avoir décidé autrement et m’enleva mon t-shirt en un rien de temps pour en arriver à déboutonner mon jean. Je ne pouvais nier que je le voulais mais je me demandais tout de même si ça n’allait pas un peu trop vite et j’allais lui retourner la question, mais elle ne m’en laissait pas le temps. Comprenant bien que si je ne tentais pas ma chance maintenant, je ne pourrais sans doute la tenter avant un petit bout de temps, je la renversai doucement, son dos touchant le sol avec délicatesse. Le loup en moi n’avait pas son mot à dire. C’était notre première fois depuis deux jours et je n’avais pas l’intention de la plaquer contre le mur le plus proche pour le faire rapidement, non, je prenais mon temps … J’embrassais son cou, comme pour guérir ces affreux trous qui s’y trouvaient, puis j’en faisais de même avec sa poitrine. Le sol n’était pas des plus romantiques, mais je ne voulais arrêter pour rien au monde.

    J’étais assis sur le lit, les draps cachant une partie de mon corps nu. J’étais seul, Milie venait de partir à la fenêtre et je pensais à ce qui venait de se produire. Ce n’était pas une fois, mais belle et bien quatre fois qu’on s’était unis aujourd’hui alors qu’en deux jours on ne l’avait même pas fait une fois. J’étais heureux d’avoir retrouvé cette part de Milie, mais elle ne m’avait toujours pas parlé et je m’efforçais de ne pas imaginer le pire, mais j’avais du mal. Chassant ses mauvaises pensées je finis par la rejoindre après avoir remis simplement mon boxer, pour la prendre délicatement dans mes bras. Je posais ma tête sur son épaule après avoir déposé un baiser sur celle-ci et regarda dehors.

    MILIE « J’ai… J’étais nue devant Chris… Il a doucement fait glisser un à un mes vêtements et arraché finalement mes sous-vêtements… Il m’a prise tout contre lui et m’a mordu après mon consentement… J’en ai retiré du plaisir à cet échange… Il m’a alors proposé son sang que j’ai bu et… »

    De quoi parlait-elle ? Mes mains n’avaient quitté son corps, mais ma tête, elle, s’était relevée. Je haïssais Chris pour s’être permis de déshabiller ma femme, je le haïssais pour l’avoir forcé à boire son sang, mais j’étais estomaqué de savoir qu’elle en avait retiré du plaisir … Je n’aimais pas cette annonce et le mot était faible. La voix de Milie tremblait, j’étais toujours derrière elle, hésitant entre les sentiments que je devais montrer par rapport à ce qu’elle venait de me dire. Finalement, je ne pus dire un mot, imaginant le pire, et je la laissais continuer son récit.

    MILIE « Il m’a posé sur son lit et… m’a embrassé. Il a eu accès à mon corps tout entier sans même que je ne proteste. Et au moment de me faire sienne, j’en ai ressenti presque de l’envi. Il m’a… et… j’ai… aimé… »

    J’entendais sa voix animée par ses pleurs. Je savais qu’elle pleurait, mais je ne pouvais me résoudre à la retourner pour la regarder en face. J’avais raison de penser au pire : ma femme m’avait trompé. Je savais qu’elle s’en voulait et qu’elle le regrettait, mais les faits étaient là et il n’y avait rien de plus à ajouter. Sur le moment elle y avait pris plaisir … L’image des deux corps nus enlacés s’imposa à moi avec une envie de vomir. Mes mains se détachèrent de mon corps et je reculais d’un pas. Je venais de me prendre un poignard en plein cœur. Je savais que la laisser avec Chris c’était accepter le risque qu’un jour ou l’autre elle cède, mais ce qui me faisait le plus mal c’était qu’elle y ait pris plaisir. Cela me dégoutait au plus haut point. Pourquoi m’avait-elle dit cela après ces moments de bonheur ? On venait de se retrouver et je ne savais si je pourrais accepter cela. Aucune larme ne coulait, aucun excès de colère, j’étais étrangement calme. Je me tenais à quelques pas d’elle et je toisais son corps, imaginant chacun des gestes de ce salaud de Chris, chacun des endroits où il avait pu poser ses mains d’obsédé, endroits où moi-même j’avais posé les miennes il y a peu …

    MILIE « Je suis une catin… Je ne te mérite pas... »

    Elle pleurait. Ses mots avaient du mal à sortir, mais je ne pouvais faire un pas vers elle pour la consoler comme je l’aurais fait avant. Je reculais, m’éloignant peu à peu de son corps, un pied derrière l’autre. Cette distance engendrait un trou énorme dans mon cœur.

    JESSE « Je … Il va me falloir du temps … »

    Mon dos venait de heurter la porte sans un bruit. Je ne voulais pas donner l’impression de fuir, mais je ne pouvais nier que ce qu’elle venait de m’avouer me faisais mal. Je crois que je ne lui en veux pas, mais que j’en veux davantage à moi-même d’avoir laissé à Chris le temps d’arriver à ses fins. On avait tout pour être heureux … On aurait dû partir pour profiter de tout cela il y a bien longtemps et je le regrettais aujourd’hui. Je soupirai longuement en fermant les yeux.

    JESSE « Je ne t’en veux pas Milie … pas autant qu’à moi en tout cas. Mais il va me falloir un certain temps pour digérer tout cela. Si tu as autre chose à m’annoncer … s’il te plaît … fais-le maintenant. »

    Après tout, ça ne pouvait être pire que ce qu’elle venait de me dire. Si elle daigna enfin tourner la tête un instant, je pus apercevoir toutes les larmes qui mouillaient ses joues. Je détestais la voir pleurer et ce depuis toujours. A chaque fois je prenais un grand soin à essuyer une à une ses larmes, mais aujourd’hui je ne m’en sentais pas la force.
    Finalement, je me décollai de la porte pour aller m’assoir sur le lit. Si elle venait, je ne lui dirais pas de partir, si elle ne venait pas, je crois que je n’aurais pas tellement de plaisir à l’attirer à moi.

    JESSE « Sèche tes larmes Milie. Tu n’es pas une catin, tu es ma femme et je ne te quitterais pas. »

    Tout cela était franc. Ça pouvait manquer de conviction à l’entendre, mais ça restait la vérité. Je ne voulais pas la quitter, je savais que si tel était le cas elle ferait des bêtises, et je ne testerais pas pour le bien de Kylian qui n’avait strictement rien demandé dans l’histoire … Je l’aimais. Ça ne changera jamais, seulement aujourd’hui, je ne pouvais y penser sans me dire que qu’elle a aimé un autre corps que le mien.



Life is underground ...
BUT I'M NOT EVERYBODY
My life is at the top 'cause ...

... My Life it's Them




ABSENT DU 8/07/11 au 8/08/11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Milie S. Williams

avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 08/02/2011

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Jeu 14 Avr - 17:12


    Je croyais dur comme fer que j’étais coupable. Je ne savais même pas que pour que Chris arrive à ses fins, il m’avait simplement envoûté contre mon gré. J’avais cédé si facilement au final mais ça ne me percutait pas. Pour moi j’avais trompé Jesse et ça s’arrêtait là. J’avais refusé d’y croire. Puis j’avais réalisé et voulu mettre fin ma vie par honte et culpabilité. Enfin alors que je ne digérais toujours pas ce que j‘avais fait, je ne supportais plus de le cacher à Jesse. C’était trop lourd. Il me promettait de ne pas me juger mais je savais très bien qu’une fois dit c’est ce qu’il ferait. Comment réagirais-je si j’apprenais qu’il m’avait trompé moi ? Mal et je le savais. Il avait donc toutes les raisons du monde de réagir pareil. Pour moi je n’étais qu’une catin. Ma vie avait été sur un nuage. J’avais tout ce dont je rêve. Et pourtant j’avais tout gâché. Et aujourd’hui ça faisait mal. J’avais tué une part de nous en me donnant à Chris. Je ne méritais pas de son attention. Je méritais qu’il me fasse mal, qu’il ne m’aime pas pour toujours… Je méritais le pire des orages. Jesse s’écartait et là je sus que jamais plus ça ne sera comme avant. Chris aura finit par réussir à avoir ce qu’il voulait : détruire ma vie et mon bonheur… Je sentais sa douleur me transpercer complètement.

    JESSE « Je … Il va me falloir du temps … »

    Son dos venait de heurter la porte sans bruit. Couverte de la couverture qui entourait mon corps jamais je ne me serais autant senti sale qu’à ce moment. La réaction de Jesse me faisait paniquer. Mon cœur ne voulait plus s’arrêter. Je le sentais s’accélérer d’une façon peu rassurante. Après le choc de l’acte venait le choc de sa réaction. Je savais depuis le début comment il réagirait et pourtant ça faisait mal… très mal. Je me sentais d’autant plus coupable. Il ferma les yeux…

    JESSE « Je ne t’en veux pas Milie … pas autant qu’à moi en tout cas. Mais il va me falloir un certain temps pour digérer tout cela. Si tu as autre chose à m’annoncer … s’il te plaît … fais-le maintenant. »

    Il larme coula le long de mon visage. Il ne m’en voulait pas mais ça allait quand même se répercutait sur notre couple. Je tournais enfin mon regard vers lui. J’aurais pu faire comme si tout est normal mais j’avais vraiment mal et ça se lisait dans mes yeux. Je me détestais. Les larmes ne cessaient de couler en silence. Il finit par s’asseoir sur le lit. Je n’avais toujours pas dit. Comment lui en dire plus ? J’avais déjà assez de mal et puis là comme ça je ne voyais pas ce que je pourrais lui cacher d’autres…

    JESSE « Sèche tes larmes Milie. Tu n’es pas une catin, tu es ma femme et je ne te quitterais pas. »

    MILIE « Mais moi je vais le faire… Je ne peux plus me regarder en face depuis que je sais ce que j’ai fait… Je ne sais même pas comment j’ai pu une seconde ne serait-ce que d’y penser. J’étais bien trop heureuse avec toi mais on ne peut pas revenir en arrière et je t’ai trompé Jesse, je ne mérite pas ta protection… »

    Je savais que le doute allait s’installer entre nous après ça. Personne aurait du nous séparer mais il faut croire que le destin aime compliquer les choses. Pourquoi ça fait si mal de trahir… Si ça me faisait peur de me retrouver seule ? Je ne retournerais pas chez Chris. Je ne resterais pas avec Jesse… Et mon fils ? J’avais deux choix : le laisser à son père et me détruire ou l’enlever et détruire Jesse. Comme si je n’avais pas assez fait de dégâts… Je venais de lui poser un ultimatum. C'est moi qui le trompait et c'est moi qui prenait la décision de me virer. Elle était bonne. Fuire... ça me ressemblait tellement dès que ça se compliquait. Je finis par venir vers Jesse pour me baisser et l'embrasser quand au dernier moment, à quelques centimètres de ses lèvres je me stoppais net avant de baisser le regard et dire :

    MILIE « Je... Adieu... Pour ton bien... Je ne peux pas continuer comme ça avec ce que je t'ai fait. Je n'ai pas la force de surmonter ma culpabilité et de te voir souffrir par ma faute... »

    J'allais ainsi me redresser...





Les deux hommes de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse N. T. Williams
Admin Designer | de l'Or au bout des doigts
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/02/2011
Age : 25

MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   Dim 1 Mai - 22:49

    J’étais assis sur notre lit. J’aurais pu réagir avec colère, et ça aurait sans doute été le plus logique, mais au contraire, j’étais d’un calme déconcertant. Ne pensez pas que cela ne me faisait rien, bien au contraire je bouillais de l’intérieur, mais je ne laissais seulement rien passer. Oui, Milie m’avait trompé et il me faudrait du temps pour l’admettre, mais qu’elle se rassure : ce n’était pas à elle que j’en voulais, du moins pas directement. Je m’en voulais à moi-même surtout, j’aurais dû la forcer à quitter ce travail bien plus tôt, j’aurais dû l’éviter par je ne sais quel moyen, mais j’aurais dû le faire. Pourtant j’avais laissé filer et voilà que le pire était arrivé. J’en voulais à Chris d’avoir abuser d’elle et de sa fragilité d’humaine, mais d’un côté, il ignorait qu’elle était ma femme, bien que je doute que ça aurait changé grand-chose.
    Milie paraissait si loin de moi, pourtant la chambre n’était pas si grande … c’était sans doute dû au fait que je me sente plus seul que jamais … J’aurais pu lui demander de partir, quitter la maison et ne plus nous revoir ni Kylian, ni moi, mais je ne le fis pas, préférant lui assurer que je ne la quitterais pas. Kylian avait besoin d’elle et moi aussi, peu importe ce qu’elle avait fait ou ressenti.

    MILIE « Mais moi je vais le faire… Je ne peux plus me regarder en face depuis que je sais ce que j’ai fait… Je ne sais même pas comment j’ai pu une seconde ne serait-ce que d’y penser. J’étais bien trop heureuse avec toi mais on ne peut pas revenir en arrière et je t’ai trompé Jesse, je ne mérite pas ta protection… »

    Elle ne m’aidait pas du tout là. Je ne voulais pas la quitter, mais elle insistait sur le fait qu’il s’agissait d’une tromperie et loyal et fidèle comme je suis, je ne peux supporter les infidélités. Elle le présentait comme tel et même si je m’efforçais de penser que ce n’en était pas une, j’allais finir par le penser aussi à force qu’elle me le répète, pourtant, infidélité ou pas je ne voulais pas qu’elle parte. Oh bien sûr, je n’étais pas aussi convaincu au point de faire comme si de rien était et de lui offrir mon corps comme je pouvais le faire avant, mais je voulais la garder à mes côtés.
    Elle s’approcha de moi pour s’arrêter à quelques centimètres de mes lèvres. Si elle venait à m’embrasser maintenant je ne lui répondrais sans doute pas, mais je ne la rejetterais pas non plus : on ne pouvait effacer nos trois ans de mariage et nos bons souvenirs à cause d’un incident.

    MILIE « Je... Adieu... Pour ton bien... Je ne peux pas continuer comme ça avec ce que je t'ai fait. Je n'ai pas la force de surmonter ma culpabilité et de te voir souffrir par ma faute... »

    Elle se releva et un je-ne-sais-quoi me poussa à attraper sa main pour l’attirer à moi un peu plus fort que ce que je ne l’avais pensé, pour finalement me retrouver avec elle sur les genoux. Mon regard bleu planté dans le sien, je ne cillais pas.

    JESSE « Me quitter ne me fera souffrir que davantage. »

    Un silence pesant s’installa à la suite de ces mots. Ses yeux me captivaient. Les miens exprimaient tout ce que je ne pouvais dire. Après un certain temps sans bouger, comme si celui-ci s’était arrêté, je brisai le charme, fermant les yeux avant de les rouvrir pour me rapprocher d’elle et déposer un baiser sur ça joue. Pour l’instant, on ne pouvait s’attendre à mieux de ma part.

    JESSE « S’il te plaît, je ne veux pas te quitter alors ne le fais pas à ma place … Laisse-moi juste le temps de savoir où j’en suis. »

    J’essuyais les larmes qui coulaient sur sa joue, pensant à ce qui pourrait bien advenir de notre futur. J’aurais grand besoin de m’aérer l’esprit ou de discuter avec quelqu’un d’autre, mais j’hésitais encore à la laisser seule … Pourtant, il faudrait bien que j’accepte de la laisser seule à un moment ou à un autre, au risque qu’elle fasse une bêtise.



RP FINIT



Life is underground ...
BUT I'M NOT EVERYBODY
My life is at the top 'cause ...

... My Life it's Them




ABSENT DU 8/07/11 au 8/08/11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre vous et mon maitre... [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre vous et mon maitre... [terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lequel d’entre vous est fou de mon corps ? Levez le petit doigt !
» Après-midi entre vieux amis [PV manu][TERMINÉ]
» Vous ne passerez pas ! [Terminé]
» Grammaire et conjugaison
» Céladopole Acte III : Confrontation entre rivaux ! Daisuke VS. Trey [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire's new Age :: Axanta :: Centre Commercial :: Les Magasins-
Sauter vers: