AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Temptation Toxic

Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Dorvan
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 16/03/2011

MessageSujet: Temptation Toxic   Ven 5 Aoû - 12:29


    Dans la chambre j’étais en train de déchirer une à une les robes que Wyatt m’avait acheté depuis peu. Il s’entêtait à m’acheter des robes plus sexy les unes que les autres comme je ne cessais une par une de les déchirer. Pourtant oh combien j’adorais chacune de ses robes ! Je détestais mon mari. Avant d’être contrainte de l’épouser j’étais peut-être l’une des louves les plus sexy de la meute, avec des habits à en faire dresser le peu de cheveux d’un moine. Je savais exactement comment me mettre en valeur et tout en ayant la force de repousser chaque avance qui en découlait. Et maintenant ? Non seulement plus aucun loup de la meute n’osait me regarder de peur que Wyatt pète une colère mais en plus je ne pouvais même plus flirter avec qui que ce soit ! Es-ce une vie que de vivre sans passion ? Sans jeu ? Sans battement de cœur ? J’avais fini par oublier tout ça à cause de Wyatt. Je préférais encore mourir que de lui accordait un instant de plaisir dans mon regard. J’en venais à être dégoûtée d’être touchée par un homme… Et pourtant parfois je retrouvais cette flamme dans un homme de passage que Wyatt finissait par découvrir et tuer sans préambule. Cette façon qu’il avait de s’acharner à être le seul à me posséder malgré moi me plaisait… Cette façon qu’il avait de se mettre en colère… Cette jalousie… N’est-ce pas la preuve que quelque part il tenait à moi ? Il ne me démontrait jamais véritable amour. Pour lui ce n’était qu’une question de sexe ou de succession. Il voulait un enfant ? Qu’il change alors et peut-être rêverais-je mes positions ! Si tentez que j’accepte… Au fond de moi je n’étais pas prête à être mère et je le savais bien. La peur me gagnait à l’idée parce que Wyatt n’avait pas ce réflexe de me rassurer dès que ça n’allait pas. Je redoutais cet instant où la pilule me ferait défaut… Alors en attendant j’errais ça et là… Je repensais à ce vampire. Wyatt me tuerait si jamais je venais à côtoyer un vampire. Moi-même je me dégoutais sur ce point. Après tout s’il y a bien quelque chose sur lequel on était d’accord tous les deux c’est que les vampires n’étaient que de la vermine à exterminer. Et pourtant celui-ci était si différent… Il paraissait plus humain. Serais-ce qu’il fut né de l’union d’un vampire et d’un humain ? Je l’ignorais mais pourtant le cœur battant de cet être ne pouvait tromper. Mais quand bien même ? Il restait vampire…

    J’attrapais alors la dernière robe qu’il me restait à déchirer. J’allais lui réserver le même sort quand elle m’arrêta nette. Il ne s’agissait pas d’une nouvelle robe… Ou du moins si mais je reconnaissais ses traits. Je finis par la poser sur le lit fronçant des sourcils. Je finis par la reconnaitre. Il s’agissait d’une robe ressemblant trop à celle que je portais le lendemain de mon mariage et de cette nuit où Wyatt avait prit possession de moi pour la première fois. Je me souvenais très bien de ce jour… J’avais choisi cette robe qui allait avec mes yeux d’un bleu électrique. Cette même robe que Wyatt avait adorée au point que notre seconde fois suivit très rapidement. C’était l’époque de ma naïveté où je me faisais encore surprendre par les excès de passion de mon mari. Si novice en la matière, je me souvenais des frissons que j’avais éprouvés. Du plaisir que j’avais eu malgré moi. Cette façon dont il m’avait fait tomber sur le canapé et comment il m’avait embrassé. La lutte à l’époque était peine perdu… Il en connaissait trop sur les femmes et moi si peu sur mon corps encore. Les premières fois où j’avais voulu croire qu’il m’aimait peut-être avant de passer autant d’années en sa compagnie et de finir par ne jamais y croire, lui refusant l’accès à la paternité par la même occasion. Aujourd’hui il peinait de plus en plus à m’arracher un soupire de plaisir. Je finis par ranger cette robe dans le placard, seule rescapée du massacre. Pourquoi ? Je l’ignorais mais je la gardais… Je mis alors le reste dans une poubelle et hop pour un bon feu dehors =D ! Une fois cela fait je cherchais alors comment m’habiller. Je trainais depuis le début en t-shirt et petite culotte pendant que mon mari était en chasse avec son acolyte. J’ouvris l’autre armoire. AAAAAAAAAAh !!! L’enfoiré !!!! Il avait tout jeté pendant ma dernière absence, me laissant plus que des trucs plus sexy les uns que les autres. Je mis sans dessus dessous mes affaires pour trouver un truc potable mais pas moyen ! Je ronchonnais trouvant finalement une jupe pas trop courte. Alors il faut préciser que pour monsieur, pas trop court veut dire à mi-cuisse ce qui est déjà pas mal >.> !!! Y a-t-il un t-shirt bien dans tout ça ??? Je cherchais encore et encore pour finir par tomber sur un noir à jolie décolleté mais avec des manches. Je l’enfilais pour sentir un petit courant d’air dans mon dos. Je regardais dans le miroir. Et zuuuuuuuuut ! Tout mon dos était nu, le t-shirt tenant devant pas de fines bandes derrières. Je soupirais. Bon ça ira bien. Je ne rangeais rien (ça ne le fera que péter un câble de plus <3) pour me diriger dans le garage. Là j’avais l’amplitude du choix, les clés étant toutes sur un portoir. Moto… Voiture de ville… Voiture volante… Voiture sportive… On avait l’embarras du choix. Hum… Où est sa petite moto… Oserais-je y toucher ? Je crois que j’avais décidé de mourir aujourd’hui mais je finis par la trouver et la prendre. Ne prenant même pas de casque il ne me fallut pas longtemps pour l’enfourcher. Si seulement je pouvais avoir un accident et perdre la vie ça m’arrangerait =D ! Je la démarrais et partie sur les anciennes routes… Et quitte à mourir autant aller en ville ! Si là Wyatt n’allait pas m’en mettre une… Si je revenais vivante et qu’il apprenait que j’avais osé y aller seule ça allait chauffer pour moi mais au moins j’étais sûre d’une chose : ne pas le croiser là-bas. Je risquais gros d’aller là-bas.

    J’arrivais donc droit sur la grande place où là j’avais le sentiment qu’il y avait autant d’humain que de vampire. Dans la foule mon odeur finirait par se mêler et je devrais être tranquille. Je garais ainsi la moto un peu plus loin à côté d’autre pour en descendre sous le regard surpris de certains moteurs, mon regard croisant certains qui me dévisageait. Il faut croire qu’ils n’ont jamais vu une fille monter à moto ou peut-être un jupe et si peu couverte. L’un d’eux d’ailleurs s’approcha. Je devinais un vampire… Il me repéra tout aussi vite mais ne fut presque pas choqué de ma présence :

    MOTARD VAMPIRE « Alors comme ça ta race ose s’aventurer dans les hauts quartiers ? je croyais que les sous-terrain plaisait plus aux vermines. »

    Je choppais son coup alors qu’il sortit violemment les dents. Il était à peine midi que je commençais déjà à faire des ravages.

    LILY « Tu ferais mieux de surveiller ton langage… »

    Je le reposais à terre. C’était bien connu les loups étaient plus fort que les vampires et malgré mon poids plume, le soulever comme ça choqua plus d’un. Une fois reposé et le dos tourné l’un deux n’hésita pas attraper mon bras et me retourner.

    AUTRE VAMPIRE « On tolère votre présence dans les bas quartier mais tu n’as rien à faire ici à moins d’être plus courtoise et soumise. »

    Les autres éclatèrent de rire alors qu’il me rapprocha violemment de lui pour chopper mon visage et m’embrasser. Pour eux nous ne sommes que des chiens galeux, peut-être du même rang que leurs esclaves. Je sentais que ces vampires n’étaient pourtant pas de la haute société ; Sinon il y aurait bien longtemps que j’aurais fini dans une cage au lieu de contre son odeur putride. Ses camarades en rire comme s’ils avaient trouvé un nouveau jouet un instant. Ma répartie amusée bien trop contrairement aux humains qui de peurs, se laissaient complètement faire à en devenir inintéressant ! Je me retrouvais au lieu de trois vampires qui réussirent à contenir ma force à eux trois, brutalisant mes poignets, me faisant grimacer. Le motard voulait en profiter pour avoir aussi son du à cause de l’humiliation que je lui ai donné tout à l’heure quand sans prévenir ils finirent tous par s’agenouillé tête baissée autour de moi. Surprise d’abord je vis alors Damon face à moi. Il lui avait suffit d’un mot et ces vampires s’étaient pliés comme s’il était leur chef. Je devais surement ça au fait qu’il soit le fils d’un vampire de haute société je supposais… Il me tendit la main. Je marchais alors, en faisant bien exprès d’écraser les doigts de celui qui avait osé toucher à mes lèvres avant de poser ma main dans la sienne. Il m’entraina alors un peu plus loin en me traitant d’inconsciente de venir ici. Je notais le chemin que l’on prenait. Une ruelle… puis une autre… une rue… un ascenseur et finalement un appartement. Je croisais alors une humaine qui baissa la tête quand Damon entra à ma suite. Sa soumission était impressionnante. Jamais je ne m’abaisserais comme ça devant aucun homme. Je ne le faisais déjà pas avec mon mari. Il me montra alors une pièce qui donnait à un balcon où je me réfugie. Je pus voir alors une belle vue où on apercevait la place de loin. Je notais que ces vampires venaient de pousser ma moto au sol par colère. Wyatt allait me tuer… Je sentis alors une main glisser sur la peau de mon bras. Je tournais mon regard vers Damon qui était juste à côté de moi. Je finis par m’écarter refusant qu’il me touche de cette façon.

    LILY « Sauvée une seconde fois… J’aurais très bien pu m’en sortir quand même toute seule ! »

    Ce qui le fit rire… --‘ Il ne me croyait pas et ça se voyait. Il était amusé par la situation. Je finis par bouger à l’autre bout du balcon pour regarder la vue de l’autre côté. Comme me faisant un plan dans ma tête qui pourrait être utile plus tard je le sentis se rapprocher de nouveau. Je me retournais, dos contre le muret du balcon. Je devinais son sourire sur ses lèvres. Que cherchait-il au juste ? Une récompense pour m’avoir sauvé. Je posais ma main sur son torse quand il se retrouva trop proche de moi le forçant à reculer, étant plus forte que lui.

    LILY « Ne compte pas demander un du pour tous tes sauvetages tu n’auras rien. »

    Je me retournais de nouveau pour regarder la vue encore une fois… Lui tourner le dos pouvait être dangereux et je le savais mais s’il avait voulu me tuer, il l’aurait déjà fait milles fois. J’étais donc peu convaincu qu’il veuille ma peau. Ou du moins pas pour s’en faire un tapis au pied de sa cheminée… Je posais mes bras de nouveau sur le muret me penchant légèrement par la même occasion en laissant le vent passer dans mes cheveux. La pollution de cette ville était telle que les rayons du soleil ne pouvaient bruler la peau des vampires. S’en était affligeant… Dans les autres contrées, le jour, les loups régnaient. Ici ils n’étaient que des esclaves de plus… Je ne savais pas ce que Wyatt cherchait à nous faire venir ici mais j’avais un mauvais pressentiment. Vouloir détruire le siège des vampires feraient tomber leur monarchie mais je savais très bien au fond de moi que notre meute était trop faible depuis les dernières guerres et son interdiction de reproduction n’arrangeait rien sans parler de ma ténacité à ne pas lui donner d’enfants… Je finis par soupirer. C’était peine perdu… C’est alors que je sentis de nouveau la présence de Damon si proche de moi me faisant complètement oublier un instant, notre but premier…


Combien de temps encore te serais-je fidèle si tu me forces encore ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon B. Sleeman
Admin à tête d'ange mais prince du sadisme
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Temptation Toxic   Ven 5 Aoû - 21:51

Du haut de son balcon, Damon avait vu sur la place principale de la ville. Un appartement princier pour le prince des ténèbres comme avait du dire un jour un vampire du conseil que présidait son père. Il n’avait pas vraiment eu tord en disant cela, même si Damon était très loin de vouloir satisfaire les désirs de son père. Jamais il ne plier devant lui, et cela, même s’il en souffrait depuis des années. Il faut dire que comme paternel, Balthazar Sleeman n’avait pas réellement le rôle escompté. Pour lui, l’éducation s’était souvent faite dans la violence, usant de son pouvoir néfaste comme d’un bâton pour taper afin d’être sure que la leçon soit bien assimilée. C’était donc souvent que Damon s’était retrouvé à bout de force, mais jamais au grand jamais, son esprit ne s’était tourner vers son père tel un vaillant petit soldat. De tout ceci, Damon en avait retiré beaucoup de patience et de résistance, tout autant que de la sauvagerie et du sadisme. Les chiens ne font pas des chats dit-on, mais l’élève peut toujours dépasser le maitre aussi, et cela, Damon en avait bien l’attention, il attendait juste son heure. Le monde dans lequel il vivait était plus instable qu’il ne le paraissait, et ça, il l’avait bien comprit. Les esclaves chuchotaient à la révolte tandis que les loups, tapis dans l’ombre, n’avait rêve que de renverser le pouvoir. Certes, il savait bien qu’ils devaient le voir comme un ennemi, mais derrière tout cela, Damon avait son plan, même s’il préférait attendre dans l’ombre sagement aussi longtemps qu’il le pourrait. Alors qu’il ne bougeait pas, on frappa à sa porte. Il ne bougea pas, et cette dernière s’ouvrit. Il savait déjà qui s’était. Une servante, une esclave a son service, humaine envoyé par son père pour le séduire. Futile… Comme si il allait pouvoir l’appâter comme ça. Il était vrai qu’elle était tout à fait charmante. Blonde, fine avec des formes… Damon aimait les femmes, ce n’était un secret pour personne à compter de le connaitre un minimum. Vêtu uniquement d’un jean, il se retourna vers elle, la scrutant du regard.

ELEKTRA-Puis-je vous servir de quelconque façon maître ?

Damon s’approcha vers elle d’une manière très féline qui lui était bien connu avec les femmes. Vu la manière dont elle était vêtue, le service qu’elle proposait était très claire. Arrivant à sa hauteur, il passa ses doigts dans ses cheveux alors que déjà, elle lui présenta ses lèvres et sa nuque, s’offrant à lui. Il ne fallut qu’une seconde pour que tout change, et notamment son regard, passant de la dévotion à la terreur. Damon agrippa alors ses cheveux qu’il tira en arrière, usant en même temps de son don en même temps.

DAMON-Tu diras à mon père que je n’ai que faire de ses cadeaux pour me rendre sage. Disparait de ma vue…

La jeune femme ne perdit pas son temps en bavardage et disparue alors immédiatement, quittant la pièce alors que Damon retourna vers le balcon, à la fois amusé et en colère. Il attrapa au passage une chemise qu’il enfila rapidement. Décidément, son père était aussi têtu que lui. Jetant de nouveau un œil dehors, il eut un sourire aux lèvres en voyant arrivait une moto plus loin dans une ruelle. La louve… Que faisait-elle ici ? Avait-elle envie de mourir ? Vu son caractère, ou du moins, ce que Damon avait pu entrevoir, cela ne lui ressemblait pas. En tout cas, il ne fallut pas longtemps pour qu’elle se fasse repérer par une bande de vampire de bas étage comme aimer les appeler Damon. Il soupira et quitta alors son appartement. C’était à croire qu’elle aimait se faire sauver. Le temps qu’il arrive, assez rapidement qu’en même, elle était vraiment en mauvaise posture.

DAMON-Cessez immédiatement.

Une simple parole et un avertissement grâce à son pouvoir suffire à faire plier les vampires devant lui qui la lâchèrent. Elle sembla alors bien surprise. Damon la regarda dit directement :

DAMON-Suis-moi.

Mieux valait ne pas trainer trop longtemps. Certes, Damon avait du pouvoir, mais il n’aimait pas se faire remarquer de la sorte, Ca risquait d’attirer l’attention, surtout avec Lily à ses cotés. Il la conduisit directement chez lui. Cela pouvait être risqué, mais le gout du risque était assez savoureux quand on voyait la beauté qu’elle était. En passant dans le couloir de l’immeuble, ils passèrent devant Elektra qui ne manqua pas d’incliner la tête devant Damon. Cela le fit sourire… Et oui, il avait d’autre gout bien plus intéressant en matière de femme, les préférant plus sauvage sans nul doute. Une fois dans l’appartement, Lily alla sur le balcon se réfugier. Damon lui se chargea de ferma la porte de son appartement histoire que personne n’entre, puis, il alla la rejoindre. L’odeur de sa peau lui venait jusqu’aux narines, pleine de soleil… Il ne résista pas alors a la tentation de froler son bras de sa main. Elle s’écarta directement de lui.

LILY- Sauvée une seconde fois… J’aurais très bien pu m’en sortir quand même toute seule !

Mais bien sure, à d’autre… Damon n’y cru pas du tout, et il en rigola. Lily ne sembla pas apprécier, mais ce n’était pas bien grave. Elle lui tourna alors le dos, se penchant pour observer la rue et lui offrant une superbe vu en prime. Elle était en train de lui donner faim là non ? Il s’approcha de nouveau, mais elle se retourna au dernier moment, le repoussant sans trop de difficulté étant donné qu’elle était plus forte que lui.

LILY- Ne compte pas demander un du pour tous tes sauvetages tu n’auras rien.

Oh vraiment ? En était-elle sure, Damon n’était pas pour les faveurs, mais il aimait bien jouer, et la elle le mettait au défi. Elle se retourna de nouveau, et Damon l’observa un moment. A quoi pouvait-elle bien penser ? Elle semblait triste, même si elle le cachait plutôt bien. Seul son regard la trahissait à certain moment, et ça, Damon l’avait vu. Il ne savait pas ce qu’être loup voulait dire, même si il avait une bonne idée de la place des femmes dans une meute, tout comme chez les vampires à vraie dire. Cette louve n’aimait pas qu’on l’écrase, et elle avait soif de liberté, ça, il en était sure… s’approchant lentement derrière elle, il posa ses mains de chaque coté d’elle, s’appuya sur le muret sans la toucher. Il était plus grand qu’elle, ce n’était donc pas dure. Alors, il vint se pencher sur son oreille.

DAMON-Tu sais, les règles sont faites pour être enfreintes.

Elle se retourna en douceur, évitant de le toucher tout autant de la même manière, le regardant dans les yeux. Damon ne se gêna pas pour soutenir son regard, s’approchant légèrement avant de reculer, un sourire au coin des lèvres. Allant vers l’intérieur et lui faisant signe de le suivre, il sortie un verre et le rempli d’un bon whisky. Il en sortie un deuxième puis releva la tête vers elle et lui dit :

DAMON-Puis-je te servir quelques choses ?

Lily accepta alors et il lui servit la même chose. Il lui apporta alors son verre et proposa un toast.

DAMON-A ta santé ma chère !

Dit-il tout prêt d’elle avant de porter ses lèvres au verre et au doux breuvage.


Faut pas être choquée voyons...
All I ever wanted♠️♠️Words like violence, Break the silence, Come crashing in, Into my little world, Painful to me, Pierce right through me, Can't you understand, Oh my little girl••
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Dorvan
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 16/03/2011

MessageSujet: Re: Temptation Toxic   Sam 6 Aoû - 22:43


    Posée, un peu penchée par mes avant bras posés sur le muret du balcon, j’admirais la vue qui s’offrait à moi, bien pensive quand je sentis Damon se rapprocher de moi. C’était étrange comme je pouvais paraitre si conciliante à rester non loin d’un vampire ou demi-vampire comme vous le souhaitez, pour moi ça ne changeait strictement rien. Peut-être parce qu’il m’avait sauvé la vie deux fois et que je lui restais reconnaissante. Mais je n’en étais pas au point de lui faire suffisamment confiance encore. Je restais sur mes gardes. Après tout qui me dit pas qu’il pourrait me réserver pire que de ceux qu’il m’a sauvé. Qu’il ne compte ainsi rien me demander… Il finit alors par poser ses mains autour de moi, s’appuyant à son tour sur le muret. Je sentais son corps… son odeur… son cœur si proche de moi. Plus je la respirais et plus je notais une légère nuance peut-être un peu moins désagréable que les vampires à part entière. Son côté humain le rendait-il plus supportable pour moi ? Une part de lui pourrait presque avoir une douce odeur… une douce attirance à mes sens. Il se pencha sur mon oreille délicatement. Sa tiédeur commençait à envelopper mon corps si chaud en contraste provoquant de légers frissons sur ma peau. Je n’avais pas l’habitude d’être si proche d’être aussi loin d’être aussi chaud de température corporel que moi. C’était si étrange… si rafraichissant même d’un sens par la température que dégageait la ville.

    DAMON « Tu sais, les règles sont faites pour être enfreintes. »

    Un sourire s’affichait alors au coin de mes lèvres. Je croyais m’entendre. Longtemps j’avais porté ce discours, ne me laissant dicter que par mes instincts et mon cœur. Cette époque me paraissait si lointaine parfois même si je n’en restais que plus sauvage encore, presque indomptable. Et pourtant si protectrice. Peut-être que c’était pour cela que je restais dans la meute malgré la soumission que m’imposait Wyatt. J’avais ce besoin de protéger les miens. Au fin fond de moi je savais que Wyatt ne m’avait pas prise pour épouse que parce que je m’étais rebellée mais bien parce que j’avais les qualités d’une reine. Mais ça… jamais je ne l’avouerais et encore moins l’accepterait. Après tout c’était ces qualités qui me rendaient prisonnière de sa décision de me garder pour femelle alpha… Je n’en restais pas moins colérique voir même lunatique à mes heures. Je pouvais être si contradictoire, antagonique, au caractère doux et cruelle, attirante mais dangereuse. Je finis par me retourner pour lui faire face évitant soigneusement de le toucher pour le regarder dans les yeux. Il ne se gêna alors pas pour me soutenir le regard avant de s’approcher de moi pour finalement reculer franchement. Il se dirigea alors vers l’intérieur en me faisant le signe de le suivre. Là il sorti un verre et le remplit de ce que je qualifierais d’alcool fort à l’odeur se glissant doucement à mon nez. Il me proposa de boire, ce que j’acceptais sans oublier de faire très attention à ce qu’il mettait dans mon verre des fois que… Me tendant finalement le verre il porta un toast à ma santé avant de se l’enfiler. Je le bus d’une moins grande vitesse que lui. J’étais si peu sensible à l’alcool mais n’abusons pas non plus, je pouvais en ressentir les effets à force et je ne tenais pas à être comme une dépravée, complètement saoule. Je n’osais sinon imaginer la tête de mon mari… Après trois gorgées, je posais finalement le verre sur une table. Il s’approcha alors doucement de moi sans me quitter des yeux. Je reculais avec un léger sourire aux lèvres comme refusant qu’il ne soit trop près de moi.

    DAMON « Aurais-tu peur de moi ? »

    LILY « Non. »

    DAMON « Dans ce cas pourquoi reculer ? »

    LILY « Parce que tu avances. »

    DAMON, usant de sa vitesse pour se trouver derrière moi « Mauvaise réponse. »

    Il posa alors ses lèvres sur mon oreille pour se diriger vers ma joue comme descendant avant de toucher le bas de mon cou, début de mon épaule me provoquant un frisson incontrôlable alors que mes lèvres se contractèrent sous mes dents retenant difficilement un soupire. Il venait de toucher l’un de mes plus gros points faibles capable de me faire craquer par insistance. Je tentais de me dérober en me retournant vers lui.

    LILY « Arrête… »

    DAMON « Tu es trop prisonnière Lily. Libère toi un peu… »

    Il avait ce sourire au coin des lèvres, tout proche de moi. Oui mais il ne connaissait pas un détail. De un on était sensé s’entretuer et non flirter et de deux j’étais mariée… Certes d’une union non consentie mais j’étais comme ça fidèle même si j’avouais que flirter avec un demi-vampire énerverait tellement Wyatt que ça me permettrait peut-être d’obtenir un divorce. L’idée était à réfléchir. Seulement ce fut plus fort que moi…

    LILY « Je suis loin d’être celle que tu pourrais le plus désirer de toute façon. »

    DAMON « Qu’en sais-tu ? »

    LILY « Parce que nous sommes nés pour nous entretuer et que si ce n’est moi qui le ferait, mon mari s’en chargerait parfaitement… il est loin d’être aussi tolérant que moi. »

    DAMON « Je suis né pour être façonné à une certaine image, manque de chance, je ne suis pas du genre à me laisser mater… les règles sont faites pour être enfreintes, je l’ai dit. »

    LILY, avec un sourire en coin « Je suis mariée. »

    DAMON, avec le même sourire « Tu es prisonnière. »

    LILY « Qu’en sais-tu ? »

    DAMON « Tes yeux te trahissent… »

    Il se rapprochait de moi un peu plus son visage non loin du mien. Je n’aimais pas qu’on puisse lire comme ça en moi. Il finit par m’avouer que mes battements de cœur en cet instant ne faisaient que lui confirmer ses dires. Je finis par choisir de lui tourner le dos comme pour confirmer sans oser l’accepter ou même l’avouer. J’avançais alors de quelques pas en silence avant de demander à partir… Me laisserait-il alors m’en aller ou choisira-t-il une autre option dont je ne pourrais m’attendre ?


Combien de temps encore te serais-je fidèle si tu me forces encore ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon B. Sleeman
Admin à tête d'ange mais prince du sadisme
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Temptation Toxic   Dim 7 Aoû - 17:22

Damon n’avait aucune intention de la souler en lui proposant ce verre. Ce n’était pas son genre de toute façon. Il n’aimait pas les filles soules, elle avait mauvais gout, et surtout, le jeu était beaucoup moins amusant. Certes, on ne pouvait pas dire qu’il avait en générale du mal à avoir une femme dans son lit, les humaines faisant presque la queue aux pieds de l’immeuble pour venir le voir. C’était dommage en un sens, car Damon aimait beaucoup jouer. Cela était sans nul doute du à la nature qu’il avait hérité de son père. Avec Lily, il n’était pas fou, il s’avait qu’elle ne serait pas comme ses humaines, et c’était justement ce qui lui plaisait. Elle toucha à peine à son verre, et cela ne le surpris pas. Lui, il le bu d’une traite. L’alcool avait que trop peu d’effet sur lui comparé à ce que le sang pouvait lui procurer comme sensation. La regarda alors dans les yeux, Damon avança vers elle, un sourire au coin des lèvres. Lily recula de la même manière immédiatement.

DAMON- Aurais-tu peur de moi ?
LILY- Non
DAMON- Dans ce cas pourquoi reculer ?
LILY- Parce que tu avances.
DAMON- Mauvaise réponse.

Damon était venu murmurer à son oreille, usant de sa vitesse pour qu’elle n’ait pas le temps de réagir. Son parfum vint alors délicieusement chatouiller ses narines, et il céda à la tentation de frôler de sa lèvres sa peau, commença par son oreille, sa joue, son coup, l’extrémité de son épaule. Il nota son frisson ce qui lui plut, mais il ne dit rien, et avant qu’il n’aille plus lion, elle se déroba, se retournant face à lui.

LILY- Arrête…
DAMON- Tu es trop prisonnière Lily. Libère toi un peu…

Damon garda son sourire aux lèvres. Il voyait bien qu’elle luttait contre elle-même et cela ne faisait que pimenter la partie. Il ne se gêna pas pour autant de s’approcher d’elle. Son visage était prêt du sien, il ne la lâchait pas des yeux.

LILY- Je suis loin d’être celle que tu pourrais le plus désirer de toute façon.

Cette remarque l’amusa beaucoup. Elle pensait le connaitre ? Elle était très loin du compte…

DAMON- Qu’en sais-tu ?
LILY- Parce que nous sommes nés pour nous entretuer et que si ce n’est moi qui le ferait, mon mari s’en chargerait parfaitement… il est loin d’être aussi tolérant que moi
DAMON- Je suis né pour être façonné à une certaine image, manque de chance, je ne suis pas du genre à me laisser mater… les règles sont faites pour être enfreintes, je l’ai dit.
LILY- Je suis mariée.

Elle afficha un sourire et Damon lui répondit exactement de la même façon :

DAMON- Tu es prisonnière.
LILY- Qu’en sais-tu ?
DAMON- Tes yeux te trahissent…

Damon frôlait les limites de l’indécence, mais il s’en moquait pas mal. Ce qu’il dit était la pure vérité, et elle le savait. Il ajouta en même temps que son cœur la trahissait aussi, et elle se détourna de lui, agrandissant le peu de distance qui existait entre eux alors. Ce geste ne fit que prouver qu’il avait raison. Elle lui demanda alors si elle pouvait partir. Quelle idée… Comme si il allait dire oui, c’était mal le juger. Usant de nouveau de sa vitesse, il se retrouva juste derrière elle, son dos frôlant son torse et il revint porter ses lèvres aux niveaux de son oreille. Il parcourra dans un premier tant son épaule de ses lèvres avec délicatesse et tentation, alors que sa main vint juste frôler son ventre.

DAMON-Reste s’il te plait…
LILY-Et si je ne le désire pas ?
DAMON-Ton cœur te trahit encore…

Son cœur battait plus vite, et en continuant son jeu, elle ne tarda pas à frissonner sous ses lèvres. Damon lui aimait ce moment. Elle était si douce, si parfumée. Oui, elle aimait bien son parfum, et autant dire que son désir pour cette femme ne faisait que monter, même si il était très doué pour le contrôler. Lily elle semblait avoir beaucoup plus de mal, et elle finit par se retourner pour lui dire d’une voix peu convaincante qu’elle devait partir. Il la regarda dans les yeux quand son regard devint noir. Il leva les yeux vers la porte et changea d’expression. Son bras vint encercler Lily et il la colla à lui. Une voix ne tarda pas à se faire entendre de l’autre coté de la porte.

BALTHAZAR- Relâche ton aura tout de suite et laisse moi entrer Damon…

La voix de son père n’avait rien de chaleureuse, et elle ne l’avait d’ailleurs jamais été. Damon colla Lily contre lui pour camoufler son odeur. Son père ne pouvait entrer, l’aura de terreur bloquant tous accès à l’appartement. Ce dernier ne sembla pas aimer et Damon grimaça, mais ne bougea pas. Son père pouvait faire mal, à condition d’avoir déjà vu au moins une fois la personne. Étant donné les liens de sang avec son fils, ce n’était que plus facile, mais Lily elle ne pu être touchée. Damon ne cilla pas, encaissant sans bouger. Cela ne dura pas longtemps, et il regagna ce sourire sur ses lèvres.

DAMON-Tu ne m’auras plus comme cela et tu le sais très bien…
BALTHAZAR- Des vampires vont rester devant chez toi. Il faudra bien que tu sortes un jours…

Damon murmura une injure sur son père, disant qu’il pouvait toujours rêver, puis on entendit des pas s’éloigner. Le tyran était partie, mais eux ne pouvaient pas sortir non plus. Lily releva alors doucement son visage vers lui, mais il ne lâcha pas son étreinte, trop tenté pour résister à l’envie de venir frôler ses lèvres. Ce fut un avant gout très agréable…



Faut pas être choquée voyons...
All I ever wanted♠️♠️Words like violence, Break the silence, Come crashing in, Into my little world, Painful to me, Pierce right through me, Can't you understand, Oh my little girl••
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Dorvan
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 16/03/2011

MessageSujet: Re: Temptation Toxic   Dim 7 Aoû - 19:24


    Je préférais partir avant que les choses ne tournent vraiment pas comme cela pouvait m’arranger. Sa façon de me toucher. Son regard sur moi et mon cœur battant n’indiquait rien de bon. Je me rendais compte qu’à trop résister aux hommes j’en perdais parfois le sens du plaisir. N’être qu’à Wyatt et pourtant m’interdire ce genre de sensation me rendaient vulnérable face à un autre homme. Je savais pourtant ce que je voulais et loin de moi le désir de finir dans les bras de ce demi-vampire. J’avais peur d’être victime de cette passion qui me ferait perdre la raison. Je ne voulais pas ressentir chaque frisson qu’il provoquait en moi. Comme des envies d’approfondir en douceur et de me laisser me faire enlever vers cette terre inconnue. J’allais me diriger vers la porte avant de commettre l’irréparable seulement il s’avança si rapidement dans mon dos que je ne pus le voir venir. Mon dos frôlait son torse, me brulant la peau. Ses lèvres à mon oreille étaient une douce tentation que je m’interdisais. Je ne cessais de penser à Wyatt. Pourquoi fallait-il que je sois si fidèle pour un homme qui me garde prisonnière ? Je créais ma propre souffrance… De ses lèvres il parcourra en douceur mon épaule enivrant ma passion qui sommeillait au fond de moi. Je sentais une légère sensation provenant du cœur comme une légère montée d’adrénaline par l’interdiction morale que je m’étais faite de ne pas le laisser faire provoquant en moi l’envie de rompre cette règle que je m’étais fixée. Sa main se posa tout doucement sur mon ventre source de bien être. C’est comme s’il devinait chacune de mes faiblesses. Une par une elle me tentait encore plus les unes que les autres me réveillant chaque émotion. La fraicheur de son corps contre moi et pourtant la chaleur de son cœur m’aveuglait.

    DAMON « Reste s’il te plait… »

    LILY, tout en mentant « Et si je ne le désire pas ? »

    DAMON « Ton cœur te trahit encore… »

    Je détestais cette façon qu’avaient les hommes d’écouter le battement de mon cœur et en prendre comme preuve de mensonge. Matthew l’avait fait avant puis vint le tour de Wyatt avant que ça finisse par Damon… Seuls les humains qu’avant je me servais pour flirter et rendre en colère Wyatt, ne pouvait suivre l’exemple. Quelle idée que d’être si proche tout à coup de cet homme ? Mes frissons des caresses de ses lèvres ne faisaient qu’aggraver la sensation de mon cœur. Je finissais par me retourner, n’aimant pas le savoir juste derrière moi, à la vitesse à laquelle il pouvait réanimer mon cœur. Je refusais d’être soumise à de simples sentiments de corps. Son amusement mêlé à de la passion finirent alors cependant par devenir colérique et noir. Je ne compris pas tout de suite ce qu’il lui prenait d’un seul coup. Il finit par lever les yeux vers la porte, changeant complètement d’expression. Je sentis alors son bras sans attendre encercler mon corps pour me coller à lui. Physiquement à première vue, j’étais si petite et si fine que l’on pourrait croire pouvoir me bouger comme ça. Et pourtant d’une grande force de naissance si Damon ne m’avait pas surprise j’aurais pu le contrer. Collée à lui je compris alors très vite ce qu’il se passait. Il tentait de mêler mon odeur à la sienne pour brouiller les pistes.

    BALTHAZAR « Relâche ton aura tout de suite et laisse moi entrer Damon… »

    Il me resserra contre lui. Comme étrange sensation de protection que jamais encore je n’avais ressentie depuis Matthew, le premier amour de ma vie mort il y a bien très longtemps, je me sentais étrange. Sans un bruit, respirant son odeur de moins en moins désagréable ou peut-être de plus en plus supportable, j’entendis la voix d’un vampire. Je sentais son odeur si forte comparée à celle de Damon rendant la sienne plus douce.

    DAMON « Tu ne m’auras plus comme cela et tu le sais très bien… »

    BALTHAZAR « Des vampires vont rester devant chez toi. Il faudra bien que tu sortes un jour… »

    Une dernière injure en direction de cet homme après qu’il soit parti, je restais blottie contre lui. Je finis par relever les yeux vers lui qui ne lâchait son étreinte. J’allais parler quand il rapprocha dangereusement ses lèvres des miennes pour venir les frôler comme un avant gout avant un premier baiser me donnant des envies plus intenses encore, ultime sensation. Je n’osais bouger ou j’en étais complètement incapable, me laissant emportée un instant face à mes ressentis. Instant d’inconscience ou je perdais un instant la raison, je laissais la passion de ses lèvres gagner mon corps alors qu’elles ne touchaient encore qu’à peine les miennes. Avais-je le droit de faire ça ? Comment résister à cet instant de faiblesse qui me brulait la peau. Je m’égarais complètement. Encore dans ses bras, si proche d’un baiser, j’allais finir dans la gueule du loup, ou devrais-je dire dans celle du vampire. Il aurait fallu que je m’en aille mais comment y arriver quand un instant vous perdez le sens de la fuite. Je courrais à ma perte, si proche de me jeter à l’eau. J’aime penser que jamais je n’oserais mais si proche de tout chambouler, tout pouvait arriver. Et mon cœur de glaçon était en train de fondre complètement. Je commençais sans réfléchir par lever mes chevilles pour me rapprocher un peu plus de ses lèvres… Le frôlement se faisait de plus en plus ressemblant presque à un touché. Dans une ultime sensation et lèvres contre lèvres j’ouvrais légèrement la bouche pour capturer sa lèvres un inférieur, fermant mes yeux à cet instant avec intensité comme un semi-baiser inavoué. Entrouvrant de nouveau les lèvres comme pour finir par lui donner ce baiser complètement je lui soufflais alors :

    LILY « C’est tout ce que tu auras. »

    Je finis par m’écarter de lui tel l’air qu’il ne pourrait jamais capturer. Le laissant sur sa fin par un baiser même pas entièrement donné, c’était comme lui lancer le défi de gagner l’autre moitié de ce baiser dans un échange brulant lèvres contre lèvres. De mes mains je pus alors le faire lâcher grâce à ma force pour m’écarter sévèrement de lui.

    LILY « Jamais, au grand jamais tu ne m’auras. »

    Ne fallait-il pas dire jamais ?


Combien de temps encore te serais-je fidèle si tu me forces encore ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon B. Sleeman
Admin à tête d'ange mais prince du sadisme
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Temptation Toxic   Lun 8 Aoû - 12:18

Damon jouer avec le feu ? Et pourquoi pas après tout. Depuis le premier jour où il avait rencontré Lily, tout n’était que jeu perpétuel, ou si vous préférez, encore plus qu’avant. Cette louve avait quelque chose de spécial, et ce quelque chose plaisait beaucoup à l’hybride qu’était Damon. Le fait de l’observer lutter contre les envies qu’elle prouvait éprouver ne lui plaisait qu’encore plus. C’était comme si elle l’invitait à la faire céder au plaisir de la tentation et du désir. Cette louve savait-elle réellement à qui elle avait à faire ? Non, mais cela état valable aussi surement dans l’autre sens, ce qui ne rendait que la chose encore plus alléchante. Elle ne bougea pas quand il la prit dans ses bras, la collant contre lui. Elle dut vite sentir l’odeur du père de Damon, et elle ne devait pas être suicidaire, même si venir en ville habillée comme elle l’était en disait le contraire. Sentit-elle les muscles de Damon se contracter sous la douleur affligée par son père ? Heureusement pour lui, le fait qu’il soit séparer par la porte et le mur diminua sa force de frappe, et donc, il ne tremble pas ni ne tomba, subissant sans rien dire ce supplice qu’il avait tant connu. Bien entendu, une fois la chose fini, il ne manqua pas de taquiner son paternel d’une manière peu recommandable. Cela avait toujours été ainsi, ça n’allait pas changer aujourd’hui. Une fois la menace partie, Damon ne relâcha pas sa prise sur la louve, et lorsqu’elle redressa son regard vers lui, il ne put se retenir de venir frôler ses lèvres. Il la sentit alors frissonner et elle se mit même sur la pointe des pieds pour se rapprocher un peu plus de lui. Le jeu en valait la chandelle. Elle frôla un peu plus ses lèvres et il la sentait luttait contre ses instinct. Elle vint alors embrasser sa lèvre inférieure, ce qui fut délicieux. Elle avait un gout sucré, ce qui plaisait beaucoup à Damon. Lorsqu’elle quitta sa lèvre, elle se redressa un peu plus, mais comme par hasard, elle le priva du baiser finale, venant murmurer sur ses lèvres :

LILY- C’est tout ce que tu auras.

Elle usa alors de sa force pour s’éloigner de lui vivement. Ce ne fut pas dur pour elle. Elle était plus forte que lui, et ce que venait de lui faire subir son père l’avait affaiblit pour une ou deux minute.

LILY- Jamais, au grand jamais tu ne m’auras.

Était-ce un défi ? Mais Damon aimait beaucoup les défis, elle devrait le savoir non ? Depuis le départ, ce n’était qu’un jeu entre eux qu’il se plaisait à effectuer avec ses règles changeantes. Il la vit alors regarder la porte puis soupirer. Et oui, elle avait bien entendu tout à l’heure. Aucune possibilité de sortir ou de rentrer dans l’appartement. Les gorilles de sont père était à la porte et un peu partout dans l’immeuble ou dehors, et il y avait aussi l’aura de Damon. Il n’était pas prêt de la baisser, n’étant pas fou. De un, il ne voulait pas que Lily parte, et la lever correspondait aussi à la livrer aux vampires, ce qu’il ne voulait pas. Au moins ici, elle était en sécurité après tout.

DAMON-Dis moi, quelle idée t’es passé par la tête pour venir comme ça en plein centre ville d’Axanta ? Serais-tu suicidaire ?

Elle ne lui répondit même pas, lui tournant le dos avec un air effronté. Ce n’était certainement pas la chose à faire. Elle pensait surement que sa force viendrait à bout de tout, mais Damon avait juste à prendre de la vitesse sans la prévenir pour avoir le dessus sur l’instant. Oh, certes, il avait son aura, mais il ne voulait pas l’utiliser sur elle, ce n’était pas dans son optique. Il n’était pas là pour lui faire peur, et il se voyait mal la faire fondre en l’emprisonnant par des peurs. Non, il la voulait sauvage et pleine de fougue. Il voulait que l’animal en elle cède à cette pulsion qu’il ressentait. Le même coté sauvage de Damon lui se réveillait de plus en plus, et c’est comme ça sans prévenir qu’il plus la collait au mur, son dos contre son torse. Ses lèvres vinrent toutes seules sur sa nuque, son épaule, et il sourit lorsqu’elle eut un frissons.

DAMON-Pourquoi lutter contre tes envies ?

Ses mains vinrent alors frôler ses cotes pour descendre vers ses hanches.


Faut pas être choquée voyons...
All I ever wanted♠️♠️Words like violence, Break the silence, Come crashing in, Into my little world, Painful to me, Pierce right through me, Can't you understand, Oh my little girl••
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Dorvan
Admin
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 16/03/2011

MessageSujet: Re: Temptation Toxic   Dim 14 Aoû - 12:42


    J’étais en train de faire la promesse que jamais il ne pourrait m’avoir. Pourrais-je la tenir ? Quel plus beau défi de lui dire que jamais il ne pourra toucher ma peau ou encore me faire vibrer ? il pouvait toujours tenter quoi que ce soit que je ne ferais que lui résister parce que ça devait se passer comme ça et pas autrement. Il espérait quelque chose de moi ? Mais n’étions nous pas si différent l’un de l’autre. Si loin de m‘attirer et pourtant si près de m’attiser, je voulais qu’il s’écarte, qu’il me quitte. Pourquoi fallait-il toujours que l’on cherche à me prouver que j’ai tort ? D’un début de jeu à de la passion, je ne voulais pas qu’il ait raison. Je changeais constamment les règles parce qu’à chaque fois il se rapprochait de plus en plus de moi et je n‘aimais pas l’idée. Comme obligée de reculer à chacun de ses pas. Comme obligée de mentir à chacun de ses regards. Comme taire cette ombre en moi qui refaisait parfois surface comme un doux voile se posant sur ma peau, la délivrant des chaines de sa soumission. Je sentais mon cœur battre peu à peu comme jamais il n’aurait du battre. Je ne voulais pas écouter les frissons de mon corps. Le repousser un peu plus pour me mentir un peu plus… Je regardais la porte pour finir par soupirer. C’était comme mourir ou céder ? Quel était le mieux ? Un peu de passion ou de souffrance ? Les chaines ou la mort ? Lui donner raison ou taire mon cœur dans un dernier battement avant que mon sang ne coule ? Pourtant la tentation de mourir plutôt que de faire ça était bien trop tentante. Je voulais m’approcher mais tout à coup cette porte devenait comme une source de peur. Comme si le fait de mourir plutôt que céder me faisait peur. C’était étrange comme sentiment. L’impression de préférer mourir que de lui donner raison pour finalement en avoir complètement peur au point de reculer. Quel était cette impression, ce champs qui faisait qu’il me bloquait à avancer vers la fin de mon supplice ? Ce champ si fort rendait Damon rassurant. Je finis par me retourner vers lui presque soumise, à mon désavantage ou à son avantage comme cherchant à fuir cette peur qui s’en prenait à moi quand je m’approchais de cette porte. Jamais je n’avais ressenti ça auparavant. Moi qui pensais ne pouvoir jamais avoir peur pour ma propre peau. J’avais toujours flippé pour les autres quitte à mourir. La faucheuse n’était pas quelque chose qui me faisait trembler. Parfois, dans mes jours les plus noires, je rêvais d’elle, qu’elle me prenne, comme un désir qui finissait par s’évanouir quand mes responsabilités de reine me ressaisissaient. Et aujourd’hui ? Je n’avais plus le choix que d’être près de lui. C’était comme si la vie voulait rendre mes jours un peu plus sadiques encore comme si Wyatt chaque nuit ne me suffisait pas… je levais en douceur mon regard vers lui avant que finalement il commence à parler. Je voulais l’arrêter mais je me ravisais au moment où le son sortit de sa bouche :

    DAMON « Dis-moi, quelle idée t’es passée par la tête pour venir comme ça en plein centre ville d’Axanta ? Serais-tu suicidaire ? »

    Je me ravisais de répondre. Une part de moi voulait défier Wyatt une fois de plus mais la vraie raison de ma venue ici était bien trop obscure comme de la façon dont je voulais taire définitivement mon mari quitte à risquer la potence. Je choisis de lui tourner le dos, gardant mon air effronté si loin de la réalité. J’en gardais le contrôle de mes pensées, des battements de mon cœur, de la façon dont mon corps restait rigide mais mes yeux étaient si trompeurs que me retourner me permettait d’éviter d’avouer la vérité d’un seul regard… Je voulais me tirer de ce pas avant de commettre une bêtise. Pourtant dans cet instant mon cœur se glaçait complètement. Je ne savais plus où était ma place. Alors je préférais encore lui tourner le dos que de faire face à ce qu’il pourrait arriver. Ma force ne pouvait alors être que ma seule issue à ce jeu interdit entre nous. Un souffle… Un battement de cœur… Un écart… et mon corps se retrouva violemment plaqué, mes mains sur le mur, embrassant de peu la paroi en face de moi. Il ne fallut pas longtemps pour que je sente ses lèvres dans ma nuque filant en douceur sur mon épaule avant qu’elle ne lâche un instant ma peau créant d’immenses frissons que je ne pouvais retenir. Mes mains se refermaient sur elle-même, mes ongles grinçant presque sur le mur créant des rayures sur le métal comme si un animal sauvage aurait franchi les portes de ses appartements. Plus il luttait, plus je me contenais, plus mon corps encaissait et plus mes frissons devenaient violent à m’en faire perdre un certain contrôle. Je sentais la chaleur monter violemment en moi et je détestais complètement ça au point d’être presque épuisée d’essayer de me battre contre ce que je ressentais. Pourquoi fallait-il toujours que je lutte désir après désir pour ne pas leur donner ce qu’ils veulent. Damon n’était pas mieux que Wyatt, chacun voulant une chose que je leur refusais complètementµ. Chacun luttant contre ce que je voulais, me poussant à un désir sans fin presque inassouvi… tout ça pour en arriver où ? A rien si ce n’est que de tout perdre… Ma fierté et ma dignité, les seules choses qu’il me reste encore. Pourquoi lutter ? Pourquoi résister ? Qu’avais-je à perdre ? Je répondais à sa question intérieurement sans en être capable de la formuler. Ses mains atteignirent alors mes côtes provoquant un frisson de trop avant qu’il ne descende vers mes hanches créant une sensation de dépendance en moi, complètement incapable de pouvoir tout contrôler. Son corps tout contre le mien, mes mains vibraient complètement, le reste de mon corps interdit d’en ressentir d’avantage avant qu’il ne me donne un frisson qui me serait fatal.

    LILY « Que crois-tu… ? Que j’ai envi de craquer… ? Que je te désire ? Je te hais… »

    DAMON « La haine et la passion sont deux sentiments trop proches pour être ignorés. »

    Il ne lâchait prise sur mon corps, allant jusqu’à l’interdit de mon intimité la frôlant presque. Ses mains me brulaient complètement me torturant plus que ce à quoi j’aurais pu imaginer venant de lui. Toujours dans la même position et pourtant refusant de lui donner ce qu’il voulait je sentais très bien son envi à lui monter tout contre moi. Ses mains devenaient de plus en plus oppressantes. Wyatt chopperait ce vampire en plein action qu’il ne ferait pas que le tuer. C’était bien connu, on ne touche pas à ce qu’il lui appartient. Je n’aimais que trop cette idée qui m’empêchait de lutter concrètement contre Damon. Prise entre l’envie de céder par un raz-le –bol de toujours résister et rien que pour dégouter au plus au point Wyatt tout comme l’envie de ne pas vivre ça avec ce vampire par fierté, par besoin, par sentiments… Quel était le meilleur ? Se venger quitte à se détruire ou écouter son cœur et combattre cette violence qui prenait mes sens ?! Les mains de Damon avaient trouvé le chemin de ma peau à nue que je n’avais toujours pas bougé. La chaleur de son corps pourtant pas aussi haute que la mienne était en train de commencer à m’enlever. J’avais beau résister, même louve et non humaine, j’étais soumise à mes désirs autant qu’une femme ordinaire, peut-être même plus. Une de ses mains remontait le long de mon ventre nu. Je perdais doucement le sens des choses. Sa main se rapprochait dangereusement de ma poitrine couverte seulement du tissu de mon haut qu’il avait déjà franchi. Des vibrations provenaient de tout mon corps m’envoyant dans de légers spasmes qui finirent par me trahir complètement sur le plaisir que j’en prenais. Sa main frôla le bas de ma poitrine. Comme un électrochoc, je me retournais sans prévenir. Je ne faisais que gagner quelques secondes, sa main quittant la peau de mon ventre pour passer dans mon dos alors que son regard ne faisait que soutenir le mien. Je m’approchais finalement de lui à en être tout contre lui. Je glissais alors mes lèvres vers son visage pour lui dévoiler à l’oreille :

    LILY « Ma peau frissonne peut-être mais jamais tu ne seras à la hauteur. »

    DAMON « Le seul moyen de le savoir c’est d’essayer. »

    LILY « Alors prends. Vas-y. Serre-toi. De toute façon c’est tout ce que vous savez faire : prendre. »

    DAMON « Un jour tu finiras par craquer et te donner complètement. »

    LILY « Ce jour n’est pas prêt d’arriver. »

    DAMON « J’ai toute l’éternité pour ça. »

    Il finit par s’écarter complètement de moi me laissant libre de mes gestes pour aller en direction du balcon. Je me retrouvais alors si proche du mur et si loin de lui. Mon corps eut le réflexe de s’appuyer contre ce mur que j’avais marqué de mes griffes sorties à la perte de contrôle de ce que je ressentais un instant. Mon cœur ne cessait de battre. Je finis par m’écarter du mur. Je me retournais un instant pour voir la marque que je venais de faire sur le mur. J’avais perdu un instant le contrôle de moi. Mes doigts se posèrent sur le mur, suivant chaque ligne des entailles faites. Jamais encore un homme m’avait fait perdre le contrôle de mon corps au point que je laisserais la louve presque prendre le dessus à part Matthew… Wyatt ne me laissait jamais aller jusqu’à ce stade perdant patience et faisant de moi une fois de plus sienne. Je finis par me retourner en direction du balcon où je voyais Damon accoudé au loin. Je fermais les yeux un instant calmant mon cœur avant de regarder la porte qui m’apportait la même sensation. Je finis par aller sur le balcon à mon tour ne supportant que très peu d’être enfermée comme ça. Comme peut-être cinglée sur le coup, je le rejoignais en gardant une certaine distance entre nous d’un mètre. Il reporta son attention sur moi avant de me demander :

    DAMON « Tu ne m’as toujours pas dit ce que tu es venue faire en ville. »

    LILY « Peut-être simplement pour mourir. »

    DAMON « Si c’était le cas tu ne résisterais pas. »

    LILY, rigolant « Il y a une différence entre mourir et avoir un rapport charnel. »

    DAMON, souriant « Oui en effet l’un des deux est plus agréable… »

    LILY, souriant à son tour « Après reste à savoir lequel… »

    DAMON « La passion n’a jamais été faite pour être désagréable. »

    LILY « Et pourtant je ne la vois que comme souffrance. »

    DAMON « C’est que tu ne connais pas la véritable passion. »

    LILY « Et quelle est-elle alors ? »

    DAMON « Cela ne se dit pas… Cela se fait et se partage. »

    LILY « Je n’y tiens pas. »

    DAMON « C’est malheureux pour toi. »

    Je souris un instant avant de le quitter de mon champ de vision pour me concentrer sur la vue que nous offrait le balcon puisque je n’avais d’autres choix que de rester dans cet appartement avec lui. Je connaissais très bien la passion pour l’avoir vécu il y a des siècles mais j’avais fini par l’oublier avec Wyatt même si parfois je m’en rapprochais. Je condamnais tout sentiment que je pouvais ressentir au point de tenter de me priver du moindre plaisir que je pourrais en retirer. J’en avais pris trop l’habitude. Ce n’était même plus une question de fierté comme avant en fait mais plus une question d’habitude. Plus Wyatt me forçait et plus je m’obligeais à ignorer mes désirs et mes fantasmes. Il serait pourtant si facile de craquer et de céder un peu. De lui donner ce qu’il veut… Je pourrais aussi bien laisser Damon me donner un aperçu comme laisser Wyatt avoir une chance d’avoir un enfant avec moi. La meute avait besoin d’un héritier et je le savais. Mais c’était plus fort que moi. Si peu moi de ne pas lutter… Et pourtant au combien j’en avais assez…

    LILY « Je… »

    DAMON « Tu… »

    LILY « Non rien. »

    DAMON, souriant « C’est ça. »

    LILY « Fais-moi sortir. »

    DAMON « Je ne pourrais uniquement en fin de journée. »

    LILY « Tu n’es vraiment d’aucune utilité. »

    DAMON « Si ce n’est de sauver tes fesses à la moindre reprise. »

    LILY, en souriant « Si ce n’est que ça… »

    C’était étrange ce que je pouvais ressentir pour cet homme. A la fois je refusais qu’il m’approche et à la fois je passais mon temps à le provoquer, le chercher et le pousser à ce qu’il m’approche pour après mieux le repousser encore. Terrible sensation que de ne pas savoir ce que l’on veut au final. Je reportais finalement mon attention sur la vue de la ville. Ma moto était bien encore en bas même si elle avait rayé. Wyatt allait me tuer mais peu importe, je m’en foutais complètement. Ça lui apprendra à plus se soucier de ses bagnoles et de ses motos que moi. Dire qu’il serait un peu plus attentionné, présent, doux et aimant je pourrais……… non en fait non même comme ça je lui donnerais rien ! Je refusais de lui accorder une once de petit plaisir ! Damon c’était pareil. C’est d’ailleurs pour ça que je restais à distance raisonnable. Et pourtant déjà elle était trop courte quand je sentais son regard sur moi déclenchant une sensation me montait et me prendre tout le corps comme s’il désirait ressentir ne serait-ce qu’une fois encore cette pression qu’il me mettait. Je devais être masochiste… Ou peut-être tout simplement d’une tendance complètement déraisonnable dans mon genre. C’est comme si je le cherchais. Mon regard intercepta un instant le sien avant que je ne finisse par baisser les yeux non de soumission mais peut-être plus par timidité. Mes mains bien cramponnaient sur la barrière je sentais un ultime désir qu’il assouvit en se rapprochant. Il n’était même pas mon mal, me le créant moi-même par une légère frustration à me décaler sur le côté à son rapprochement pour maintenir la distance. Encore un pas de sa part et je me décalais de nouveau. Un sourire de sa part et voilà que j’évitais complètement de le regarder comme pour l’ignorer. Je sentais son désir bruler le mien. Je n’arrivais pas à cesser mon cœur un instant de s’emballer le faisant surement sourire encore plus. J’étais pourtant si têtue dans mon genre que je refusais de me donner un instant à lui, le privant de mon accord à me toucher. Chercherais-je à en mourir de désir ? Il me donnait le gout des envies d’ailleurs et de changement. Plus je résistais et plus je l’attisais et plus je perdais pieds jusqu’à recommencer encore et encore grandissant ma frustration peu à peu jusqu’à brûler complètement mon corps et mes sens. J’en devenais presque électrique. Je savais que si je craquais, je risquais de vider tout ce que j’avais retenu depuis si longtemps… ça risquait de se finir dans un feu qu’il ne pourrait que trop aimer. Mais y cèderais-je ? A trop me pousser à bout sachant que Wyatt prendrait le relais ce soir, je ne saurais comment je tiendrais jusqu’au lendemain sans devenir la victime de tous ces frissons repoussés. Je prenais malgré tout le risque de craquer avec Wyatt que Damon même si au fond de moi je me demandais si l’inverse ne serait pas mieux… Après tout Damon ne serait pas le premier avec qui je me servirais pour rendre dingue mon mari. Oui mais le premier à obtenir ce que Wyatt me vole depuis des années. Jamais encore je n’ai été si loin avec un autre homme, la barrière de la fidélité me bloquant encore bien trop comme celle d’avoir trop de conscience pour faire une telle chose alors que je pourrais très bien me venger de cette façon pour tout ce que mon mari me faisait vivre… Le choix ultime s’offrait alors à moi : devais-je garder cette frustration grandir encore, ou finir par brûler et perdre la raison au point de céder à sa passion comme ultime sensation ? Mon corps commençait déjà à en vibrer malgré moi…


Combien de temps encore te serais-je fidèle si tu me forces encore ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damon B. Sleeman
Admin à tête d'ange mais prince du sadisme
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Temptation Toxic   Jeu 25 Aoû - 11:18



L’avoir sans rien en retour n’intéressait absolument pas Damon. Des femmes, il pouvait en avoir des tonnes comme ça. La soumission était une chose si facile à bien y penser. Pour un homme comme lui avec en plus une humaine, c’était du gâteau, et là, avec Lily, il pourrait aussi y arriver. Elle était coincée, elle n’avait nulle part où aller, et elle le savait. Damon se doutait que de toute manière, c’était une situation qu’elle devait fort bien connaitre. Être forcée, soumise sans céder pour autant à la tentation d’un plaisir partagé et vécu… C’était malheureux pour elle à bien y réfléchir. Non, il ne voulait juste avoir son corps, il la voulait elle tout entière. Un tel acte était un partage, et il voulait en un sens lui prouver qu’elle avait tord. Ce fut pourquoi il s’écarta d’elle alors que peu de temps avant, elle venait de marquer son mur en le griffant. Elle avait été sur le point de céder, mais ce n’était pas pour cette fois-ci. Elle ne se gêna pas d’ailleurs pour lui dire que ce n’était pas prêt d’arrivé, mais comme lui répondit Damon, il avait toute l’éternité devant lui, et cela ne faisait que rajouté de la valeur à ce prix. Il était capable d’une grande patience, qu’elle ne s’y trompe pas. Il faut dire que son éducation n’y était pas pour rien. Comment ça ce n’était pas toujours vrai ? Bon, d’accord, parfois, Damon perdait vite patience, mais surtout quand cela n’en valait pas la peine. Les humains n’étaient pas toujours bien servis en ce sens, mais c’était sans compter sur les hommes de son père. Les pauvres et certains autres vampires, si on pouvait dire le mot pauvre, n’étaient pas gâtés. Enfin, damons finit par s’écarter de Lily, la laissant seule contre le mur pour aller sur le balcon, respirer un coup. Il ne lui parla pas, ne la regarda même pas, mais après plusieurs minutes, un fin sourire vint sur ses lèvres quand elle arriva, se plaçant à un mètre de lui. Damon tourna son regard vers elle. Elle resta silencieuse, l’ignorant presque.

DAMON- Tu ne m’as toujours pas dit ce que tu es venue faire en ville.

Damon était le genre de personne qui aimait bien avoir une réponse à sa question, surtout quand cette dernière était posée poliment. Certes, cela pouvait passer pour de l’acharnement, mais que voulez vous, il était comme il était.

LILY- Peut-être simplement pour mourir.

Mauvaise réponse… Damon n’y croyait pas du tout, sinon, cela ferait bien longtemps qu’elle aurait déjà cédé à ses avances. Il n’était pas bête. Elle était une louve, et qui puis est, une louve marié. Les lycanthropes n’étaient pas connus pour être de nature à partager, surtout en matière de femme, et donc, il devinait très bien qui si on venait à sentir son odeur sur elle de manière très explicite, cela serait presque du suicidaire pour lui ou pour elle. D’accord, elle était bien sur le point de mourir avant qu’il ne la sauve, mais si elle avait vraiment voulu, ou même si elle le voulait vraiment, elle sauterait du balcon dès maintenant, alors non, il ne voulait pas la croire. Oh fond, elle lui faisait presque de la peine sur certain point. Elle était prisonnière, mais principalement d’elle-même. Il fallait qu’elle se libère de ces chaines qu’elle s’était elle-même imposées sans s’en rendre compte.

LILY- Je…
DAMON- Tu…
LILY- C’est ça.

Encore une fois, il n’en cru pas un mot. C’était pourtant un bon départ. Ne la quittant pas du regard, il la voyait comme fatiguée de la vie qu’elle menait. Il fallait vraiment qu’elle se détente un peu, et surtout qu’elle écoute plus son cœur et son corps que sa tête de pioche. Bon, d’accord, Damon était aussi une tête de pioche, c’était peut-être pour ça qu’ils semblaient s’attirer comme des aimants. Étrangement en tout cas de son coté, Damon ne pouvait lui faire de mal, il n’en avait pas l’envie, bien au contraire. Après, pour ce qui était de jouer… C’était une autre histoire. Damon fit un pas alors vers elle, et elle recula de la même manière directement, ce qui le fit sourire. Elle avait peur d’elle-même, et non de lui… Il pouvait entendre son cœur battre, signe qu’elle le désirait, au moins autant que lui la désirait. Il ne chercha pas alors à s’approcher tout de suite, la regardant tout simplement, la caressant du regard sur tout son corps. Puis, il recula d’un pas, gardant la même distance, passant derrière elle doucement, en silence, pour finir par venir derrière elle, ne la touchant pas pour autant. Sa main imagina alors le contour de son bras, de son épaule, sans la toucher. Il joua à ce petit jeu plusieurs minutes, ne descendant jamais sur ses fesses, ne touchant jamais sa peau, mais faisant monter la température entre leurs deux corps proches et pourtant distant à la fois. Puis, il frôla son bras, et recommença, montant et descendant. Ses lèvres vinrent alors au niveau de sa nuque, mais il ne la toucha pas tout de suite, parcourant un chemin qu’il commençait à fortement apprécier, et qu’elle appréciait d’autant plus. Elle se retourna vers lui alors sans prévenir, mais Damon posa un doigt sur ses lèvres, lui évitant de parler. En même temps, il continuait ce qu’il faisait depuis le début, passant sur son ventre qui était accessible, contournant sa poitrine sans pour autant venir dessus. En dessous, sur le coté, juste au dessus, mais pas dessus… Lily finit par céder à frissonner, même si elle du se maudire. Damon vint alors rapprocher son visage du sien, mais ne captura pas ses lèvres. Il mêla son souffle au sien, continuant cet instant de caresse. Une main sur ses cotes et son ventre, l’autre dans son cou… il nota alors que les lèvres de Lily s’entrouvrirent, et alors, c’est d’elle-même, qu’elle vint capturer pleinement les lèvres de Damon. Il posa sa main sur sa hanche, collant son corps au sien sans pour autant être brutale et il répondit à ce baiser qu’elle lui donnait d’elle-même. Était-ce une première victoire, Cela y ressemblait. En tout cas, lorsqu’elle y mit fin, il ne la bloqua pas, déposant un baiser sur son front doucement avant de dire :

DAMON-C’est un bon début…

Il ne bougea pas, ne reculant ni n’avança, lui laissant alors libre chant ; Si elle voulait l’embrasser de nouveau, il serait le premier à en être ravi, et plus si affinité ne le déranger pas du tout, bien au contraire, tant que cela venait d’elle. Il passa juste sa main sur sa hanche, continuant alors les douces caresse qu’il faisait avant.
>


Faut pas être choquée voyons...
All I ever wanted♠️♠️Words like violence, Break the silence, Come crashing in, Into my little world, Painful to me, Pierce right through me, Can't you understand, Oh my little girl••
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Temptation Toxic   

Revenir en haut Aller en bas
 
Temptation Toxic
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The third temptation [Aaron]
» Within Temptation
» Trueblood (série)
» 02. Temptation's making circles around us.
» CT toxik

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire's new Age :: Axanta :: Centre Ville :: La Grande Place-
Sauter vers: